France Télévisions : Michel Field démissionne de son poste de directeur de l'information | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
France Télévisions : Michel Field démissionne de son poste de directeur de l'information
©

Fini

France Télévisions : Michel Field démissionne de son poste de directeur de l'information

Les relations avec les salariés étaient particulièrement tendues depuis plusieurs mois.

Michel Field jette l'éponge. Selon les informations de RTL, le directeur de l'information de France Télévisions a décidé de présenter sa démission à la patronne du groupe, Delphine Ernotte. Il faut dire que, à l'instar de sa supérieure, il était visé par une nouvelle motion de défiance des rédactions du groupe, trois jours plus tôt.

Nommé à ce poste à la rentrée 2015, ses méthodes n'ont jamais su convaincre et avaient provoqué une première motion de défiance en avril 2016. Les sociétés des journalistes (SDJ) critiquaient alors "le mépris, la désinvolture et parfois la grossièreté affichés par le directeur de l’info." Au Parisien, il affirmait alors "entendre le malaise et les critiques (…) c’est un singulier rappel à l’ordre."

Cette fois, la motion de défiance est liée à une tribune acerbe contre sa rédaction, la semaine dernière, suivie quelques heures plus tard par l'éviction de David Pujadas du JT de France 2. "Et puis il y a eu des événements que nous n'avons pas médiatisés. On a fait le choix de gérer les choses entre nous. (...) Maintenant, on se retrouve devant une crise majeure et on rajoute une étape supplémentaire", expliquait le 19 mai sur Europe 1, Manuel Tissier, président de la Société des journalistes (SDJ) de France 2. Cette motion n'avait pas encore été votée mais Michel Field semble avoir pris les devants.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !