Facebook : pourquoi le bouton "Je n'aime pas" n'apparaîtra jamais sur le réseau social | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le bouton "J'aime pas" n'apparaîtra jamais sur Facebook
Le bouton "J'aime pas" n'apparaîtra jamais sur Facebook
©DR

Tous copains !

Facebook : pourquoi le bouton "Je n'aime pas" n'apparaîtra jamais sur le réseau social

"La négativité d'un tel bouton pourrait avoir des conséquences malheureuses", a expliqué Bret Taylor, ancien directeur technologique de Facebook au site TechRadar.

N'en déplaise à tous ceux qui rêvent d'afficher ouvertement leur mépris pour certains statuts, Facebook n’est pas une plateforme conçue pour donner libre cours à sa mauvaise humeur et à sa négativité. C’est pourquoi le bouton "Je n’aime pas", pourtant vivement réclamé par les internautes, ne fera jamais son apparition sur le réseau social, annoncé l’ancien directeur technologique de Facebook.

"La négativité d'un tel bouton pourrait avoir des conséquences malheureuses. Si un contenu posté sur Facebook vous déplaît, mieux vaut écrire un commentaire, parcequ'il y a probablement des mots précis pour exprimer ce que vous ressentez", a expliqué Bret Taylor au site américain spécialisé TechRadar. A sa création en 2009, le bouton "J’aime" était censé se substituer à des commentaires comme "wow" ou "cool". Par ailleurs, le bouton "Je n’aime pas" n’aurait aucune utilité pour la régie publicitaire de Facebook, qui constitue son modèle économique. Car celle-ci capitalise sur les intérêts des internautes non sur ce qu’il n’aiment pas. 

Le groupe compterait tout de même proposer une alternative en lançant le bouton "sympahize" ("compatir") pour les statuts tristes. Pas sûr que ça suffise à tous... 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !