Etats-Unis : ouverture d'un hôpital pour les drogués d'Internet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
L'addiction à Internet ne touche pas que les plus jeunes.
L'addiction à Internet ne touche pas que les plus jeunes.
©

Dépendance

Etats-Unis : ouverture d'un hôpital pour les drogués d'Internet

Une cure de désintoxication de dix jours y coûte 10 500 euros.

Si vous passez de très (trop) nombreuses heures sur Internet chaque jour, que ce média et ce qui s'y passe sont vos principales préoccupations, vous êtes peut-être un peu dépendant au Web. Tout problème ayant sa solution, un hôpital américain vient de lancer une cure de désintoxication pour les cyberdépendants.

Le nouveau service du Bradford Regional Medical Center en Pennsylvanie pourra recevoir quatre patients à la fois pour une cure de dix jours d'un montant de 10 500€. Sous la direction du Dr Kimberley Young, auteure en 1995 d'une étude sur l'addiction à Internet, le programme débute par un sevrage de tout accès à Internet. Le niveau de dépendance du patient est ensuite évalué, puis commencent les groupes de parole.

Ce centre de désintoxication n'est pas le premier du genre. De telles cures ouvraient déjà leurs portes en 2009 aux Etats-Unis et en Chine. Les méthodes des instituts chinois sont d'ailleurs des plus discutables, la violence avec laquelle ils traitent leurs patients ayant déjà été soulignée dans de nombreux médias. Selon le China Daily, l'un d'eux serait même responsable de la mort d'un adolescent de 15 ans, en 2009.

Bien que les Internet addicts soient en général plutôt jeunes, Dan Véléa, psychiatre addictologue à Paris, explique que l'on en voit apparaître dans "toutes les classes d'âge". Selon lui, la principale caractéristique des dépendants résulte dans leur "incapacité de gérer l'ennui au quotidien". Vous pouvez tester votre niveau de dépendance à Internet en faisant le test du Dr Young.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !