États-Unis : l'utilisation du cannabis à fins médicales se répand...même chez les animaux de compagnie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
États-Unis : l'utilisation du cannabis à fins médicales se répand...même chez les animaux de compagnie
©Hisashi / Flickr

Miaou

États-Unis : l'utilisation du cannabis à fins médicales se répand...même chez les animaux de compagnie

Little Kitty a vaincu son arthrite.

Little Kitty, une vieille chatte tigrée, faisait de l'arthrite depuis 12 ans. A cause de sa douleur, elle passait presque toutes ses journées réfugiée dans un placard, immobile, au dam de sa maîtresse. Jusqu'à ce que cette dernière, résidant en Californie, ne se procure une carte de consommateur de cannabis à fins médicales et des huiles dérivées de cannabis conçues pour les chats. Elle donne des gouttes à son chat, et depuis, Little Kitty se comporte comme un chat normal, s'alanguissant dans le salon et jouant avec l'autre chat de sa maîtresse. 

"Elle ne s'est jamais comportée comme quelqu'un de défoncée. Elle ne tombe pas la tête la première, elle n'est pas boulimique. Au contraire, elle sort de son coin, elle interagit, elle veut aller sur les geneux, elle veut qu'on la caresse. La différence est remarquable." 

Comme le signale le New York TImes, la manie du cannabis à fins médicales a tellement pris aux États-Unis que la dernière mode est de soigner même ses animaux de compagnie. 

Comme sait le faire le journal, on rencontre Maria, 55 ans, qui donne des petits granulés à base de chanvre à son putois, pour l'aider à gérer sa cataracte, et Cate, 36 ans, qui donne du cannabis à son rottweiler pour lutter contre son anxiété. 

Et c'est une opportunité de business. Melinda, 39 ans, a créé un service de livraison de cannabis aux fins médicales pour animaux à Los Angeles. "Je peux combiner mes deux choses préférées dans la vie : les chiens, et la beuh", s'extasie-t-elle. Vis la belle vie, Melinda. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !