Etats-Unis : commercialisation de l'alcool en poudre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le Palcohol, fabriqué par la société Lipsmarck, permettra aux Américains de se préparer des cocktails avec de l’alcool en poudre.
Le Palcohol, fabriqué par la société Lipsmarck, permettra aux Américains de se préparer des cocktails avec de l’alcool en poudre.
©Reuters

Révolution

Etats-Unis : commercialisation de l'alcool en poudre

Le Palcohol, fabriqué par la société Lipsmarck, devrait permettre aux Américains de se préparer des cocktails avec de l’alcool en poudre. Ils n'auront ensuite plus qu'à ajouter de l'eau.

Pays des Mormons, paradis de la consommation. L’alcool en poudre est désormais autorisé aux Etats-Unis. Le Palcohol, fabriqué par la société Lipsmarck, permettra aux Américains de se préparer des cocktails avec de l’alcool en poudre : ils n’auront plus qu’à ajouter de l’eau. Toutefois, cet alcool ne sera vendu qu’aux plus de 21 ans. La marque souhaiterait que les consommateurs en arrivent à "Penser au Palcohol comme à n'importe quel autre alcool mais sous forme de poudre qui sera vendue partout où on peut acheter des boissons alcoolisées".

En réponses aux (étranges) questions de certains, la société a fortement déconseillé d’essayer de renifler cette poudre. "Ne faites pas cela, ce serait irresponsable et pas une manière intelligente d'utiliser ce produit", peut-on lire sur le site. Selon Lipsmark, il faudrait renifler au moins 60 grammes de cette poudre pour obtenir l'équivalent d'un verre d'alcool. Quand même !

Les Japonais, toujours en avance sur le reste du monde, ont adopté ce mode de consommation depuis une dizaine d’années déjà. Une société américaine, Pat's Backcountry, vend aussi de la bière en poudre depuis quelques mois. Vous n’avez qu’à mélanger un concentré de houblon avec de l'eau gazéifiée pour obtenir une pinte ! A tester...

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !