Douai : pour avoir payé avec un vrai billet de 500 euros, il passe 24 heures en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le billet de 500 euros était vrai
Le billet de 500 euros était vrai
©Capture

Monopoly réel

Douai : pour avoir payé avec un vrai billet de 500 euros, il passe 24 heures en garde à vue

Le magasin Leclerc estime simplement avoir "appliqué les directives".

Ce couple de Guinéens se souviendra longtemps de sa journée du 29 septembre. Après avoir fait leurs courses dans un magasin Leclerc, l'homme et la femme se présentent à la caisse pour régler leurs achats. Total : 210 euros. La femme tend à la caissière un billet de 500 euros. Stupeur de l'employée qui décide de faire contrôler ce billet pour savoir s'il est vrai. Les vérifications s'enchaînent à l'aide de détecteurs de faux billets. Mais plusieurs minutes plus tard, impossible de dire si ce billet est un vrai ou non...

La direction du magasin décide alors de prévenir la police. "On a des détecteurs de faux billets mais ils ne sont pas fiables à 100 %. Il y avait de gros doutes sur ce billet" indique la direction en guise de défense. Résultat, les Guinéens sont emmenés au poste de police le temps d'attendre l'expertise d'une banque. En tout, le couple aura passé près de 24 heures en garde à vue avant d'être relâché mardi matin, le billet étant un vrai.

Dans La Voix du Nord, la direction prétend avoir fait une "erreur" et non du "zèle". "On a 1 200 000 passages en caisse par an, dans 99 % des cas, on ne se trompe pas. Là, on a fait confiance à l'humain. Or, dès qu'il y a de l'humain, il peut y avoir de l'erreur. On comprend que ça n'a pas dû être agréable, c'est sûr, mais on n'a fait qu'appliquer les directives" a indiqué Leclerc. Une bien mauvaise publicité néanmoins.

Lu sur La Voix du Nord

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !