Donald Trump fait une faute de frappe sur Twitter sur le Prince Charles qui devient le Prince des Baleines | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Donald Trump fait une faute de frappe sur Twitter sur le Prince Charles qui devient le Prince des Baleines
©Victoria Jones / POOL / AFP

Nouvelle bévue sur les réseaux sociaux

Donald Trump fait une faute de frappe sur Twitter sur le Prince Charles qui devient le Prince des Baleines

Le président américain n’a pas été épargné sur les réseaux sociaux par les internautes. Dans un message publié sur Twitter, Donald Trump a mal orthographié le titre du Prince Charles, qui est devenu le "Prince des Baleines" dans la langue de Kerouac.

Donald Trump est l’un des dirigeants de la planète qui utilise le plus Twitter. La multiplication des messages et la rapidité des publications peuvent parfois générer de malencontreuses fautes de frappe.   

 Le président américain a malheureusement rajouté un "h" à "Wales" (Galles en anglais) dans un de ses derniers messages sur Twitter au sujet de sa récente visite en Europe. Le fils aîné d’Elizabeth II qui a vécu avec Lady Diana est donc soudainement devenu le "Prince des baleines" ("Prince of whales").

Donald Trump a rapidement corrigé son message pour redonner au fils aîné d'Elizabeth II son véritable titre mais Internet est impitoyable sur ces erreurs ou faute de frappe, d’autant plus quand il s’agit du président Donald Trump, si friand de Twitter. 

Dans son message, Donald Trump évoquait sa récente rencontre à Londres avec le prince Charles :

"Je parle tous les jours avec des "gouvernements étrangers". Je viens de rencontrer la Reine d’Angleterre, le Prince des Baleines, le Premier ministre du Royaume-Uni, le président français et le président polonais".

Les internautes et la twittosphère ont rapidement tourné en dérision l’expression "Prince des baleines" utilisée pendant quelques minutes par Donald Trump sur Twitter. 

Dailymail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !