Medvedev se met au badminton | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Dimitri Medevdev affronte son mentor et rival, Vladimir Poutine, lors d'une partie de badminton relativement ennuyeuse.
Dimitri Medevdev affronte son mentor et rival, Vladimir Poutine, lors d'une partie de badminton relativement ennuyeuse.
©Reuters

Joue-là comme Poutine

Medvedev se met au badminton

Dans une vidéo censée promouvoir la pratique du sport, le président russe Dimitri Medvedev affronte son prédécesseur et probable successeur, Vladimir Poutine.

Les prouesses sportives de Dimitri Medvedev semblent un peu faibles, en regard de l'image d'homme fort que s'est forgé Vladimir Poutine. Pourtant, le président russe ne désespère pas : il s'est même mis au badminton.

Dans une vidéo postée sur le blog du Kremlin, Dimitri Medvedev vante les mérites de ce sport. Car comme le président le dit lui même, "le badminton aide à régler tout un tas de problèmes dans la vie. Une personne qui joue au badminton est une personne qui prend des décisions rapidement."

Et après ce petit discours d'échauffement, Dimitri Medvedev affronte son vrai adversaire, Vladimir Poutine, dans un match sans grand entrain. Car le vrai match aura lieu dans six mois : Dimitri Medvedev, élu président à la suite de Vladimir Poutine, devrait lui laisser à nouveau la place lors du prochain scrutin. Même s'il soutient officiellement sa candidature, Dimitri Medvedev laisse parfois transparaître son agacement vis-à-vis de Poutine. "Je sais que certains de mes partisans, ceux qui parlent de la nécessité de changements, ont ressenti une certaine déception", a-t-il déclaré récemment à propos de la nouvelle candidature de Vladimir Poutine.

Lu sur le blog "Beyond Brics" du Wall Street Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !