Des chansons d'Enrico Macias découvertes dans le refuge afghan d'Oussama Ben Laden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Selon Flagg Miller, "cette collection de chansons françaises montre la diversité des langues que parlaient ces arabes afghans de Kandahar, et leur expérience du monde".
Selon Flagg Miller, "cette collection de chansons françaises montre la diversité des langues que parlaient ces arabes afghans de Kandahar, et leur expérience du monde".
©Reuters

Surprenant

Des chansons d'Enrico Macias découvertes dans le refuge afghan d'Oussama Ben Laden

Le chercheur américain Flagg Miller a analysé la collection privée de cassettes du chef terroriste, où il dit avoir découvert des chansons d'Enrico Macias ainsi que des textes de Gandhi.

Quatre ans après avoir été abattu par les forces américaines, le leader du groupe terroriste Al-Qaida n'a pas fini de livrer ses secrets. Selon la BBC, près de 1500 cassettes de sa collection privée ont été découvertes, et permettent de mieux comprendre la propagande mondiale d'Al-Qaida. 

Le chercheur américain Flagg Miller, de l'Université de Californie, est l'un des rares experts au monde à avoir écouté l'intégralité des cassettes d'Oussama Ben Laden des années 1960 jusqu'à 2001. Dans son excellent ouvrage "L’ascète audacieux, Ce que les cassettes de Ben Laden révèlent d'Al-Qaida" (2014), l'auteur  dresse l'inventaire de la collection privée de Ben Laden : discours, sermons, vidéos, conversations avec moudjahidines, chants islamiques…

Mais le chef terroriste avait des goûts insoupçonnés puisqu'il appréciait aussi Enrico Macias. Selon Flagg Miller, "cette collection de chansons françaises montre la diversité des langues que parlaient ces arabes afghans de Kandahar, et leur expérience du monde". Selon son ouvrage, Oussama Ben Laden s'intéressait beaucoup à la culture européenne et était également un grand amateur de Gandhi.

Contacté par FranceTvinfo, Enrico Macias préfère ne pas croire à cette affirmation pour le moins surprenante: "je suis certain que cette information n'est pas sérieuse, ce doit être une rumeur". 

Lu sur 20minutes.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !