Des centaines de squelettes de l'armée napoléonienne découverts en Allemagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des centaines de squelettes de l'armée napoléonienne découverts en Allemagne
©

Trouvaille majeure

Des centaines de squelettes de l'armée napoléonienne découverts en Allemagne

De retour de Russie, Napoléon avait livré plusieurs batailles, notamment à Hanau, proche de l'endroit où les corps ont été trouvés.

C'est un immense cimetière découvert…sur le chantier d'un futur complexe immobilier. Des centaines de squelettes de soldats de l'armée napoléonienne ont été découverts à Francfort-sur-le-Main. Une sacrée trouvaille archéologique pour la ville qui estime "qu'environ 200 personnes ont été inhumées ici."

Les premières expertises révèlent que les "grognards" reposent dans des cercueils sommaires, anonymement alignés en rang les uns à côté des autres. L'état de conservation des squelettes est bon.

Fait étrange, les morts ont été enterrés sur une orientation Nord-Sud. L'Europe chrétienne enterrait pourtant ses morts sur un axe Est-Ouest. Cette incongruité pourrait s'expliquer par le manque de temps dont disposait les soldats.

Pour Olaf Cunitz, le maire de Francfort-sur-le-Main, il s'agit "de soldats de la Grande Armée morts en 1813 après la défaite essuyée par Napoléon lors de sa campagne de Russie". Des boutons d'uniforme retrouvés dans les tombes confirmeraient ses suppositions, puisqu'ils auraient permis une première datation autour de 1813.

Après la "Berezina" française, lors de leur chemin du retour vers la France, la Grande Armée de Napoléon avait livré plusieurs batailles, notamment à Hanau, une ville voisine de Francfort-sur le-Main. Les combats avaient fait 15.000 morts.

Environ 30 squelettes ont déjà été sortis de terre. Les fouilles vont continuer durant au moins un mois.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !