Danemark : un nouveau girafon nommé Marius en danger ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Danemark : un nouveau girafon nommé Marius en danger ?
©

Bis repetita

Danemark : un nouveau girafon nommé Marius en danger ?

Le zoo de Jyllands, dans l'ouest du pays, pourrait agir de la même manière que celui de Copenhague, suscitant l'effroi des défenseurs des animaux.

Stupéfaction au pourtant paisible royaume du Danemark. Alors que l'euthanasie du girafon Marius au zoo de Copenhague n'en finit plus de susciter l'indignation - dans et en dehors du pays -, voici qu'un autre zoo s'apprêterait, selon le journal local Ekstrabladet... à euthanasier un autre girafon nommé Marius !

La raison de cette possible nouvelle mort ? On ne parle plus ici de risques de consanguinité mais de bataille d'hommes : l'adoption prochaine d'une femelle crée en effet une compétition entre deux girafons du zoo, Elmer et Marius, or le premier posséderait un meilleur patrimoine génétique que le second. "Nous ne pouvons pas avoir deux mâles et une femelle, il y aura des bagarres", note la directrice de l’établissement Janni Lojtved Poulsen.

>> A lire aussi : "L'abattage du girafon Marius, un scandale international"

Cette dernière précise qu'il pourrait y avoir, comme à Copenhague, un abattage public, ce qui avait particulièrement choqué à l'international. Quant au prénom, il s'agit d'un hasard entier : "Notre Marius a été prénommé ainsi en hommage à l’ancien vétérinaire du parc" précise Mme Poulsen. La date d'arrivée de la femelle au zoo de Jyllands Park n'étant pas encore fixée, les conditions de l'abattage de Marius ne sont pour l'heure pas connues : toutefois, l'émotion suscitée par la mort du "premier" Marius pourrait impacter sur celle du second. "Cela ne change rien pour nous. Nous soutenons complètement le zoo de Copenhague et aurions fait la même chose" se défend toutefois Mme Poulsen.

Vu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !