Covid-19, changement de carrière, télétravail… : le difficile chemin des reconversions professionnelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La reconversions professionnelle n'est pas toujours évidente.
La reconversions professionnelle n'est pas toujours évidente.
©Loic VENANCE / AFP

Monde du travail

Covid-19, changement de carrière, télétravail… : le difficile chemin des reconversions professionnelles

De plus en plus de Français ont quitté leur travail pour entamer une reconversion professionnelle depuis le début de la crise sanitaire et avec la démocratisation du télétravail. De nombreux candidats à la reconversion professionnelle rencontrent néanmoins d’importants obstacles dans leur nouvelle quête de liberté.

Avec la pandémie de Covid-19 et le télétravail, de plus en plus de Français sont lassés de leur job et rêvent d'une vie meilleure. La reconversion professionnelle peut pourtant s’avérer être un véritable parcours du combattant.

Beaucoup fantasment les reconversions dites « radicales ». Mais entre l'idée et la réalisation, le fossé est parfois énorme. Et la désillusion est souvent au rendez-vous, selon la rédaction des Echos.

A la faveur d'une quête de sens toujours plus poussée, les reconversions battent leur plein. 

La crise sanitaire n'a fait qu'accentuer le phénomène, en poussant de nombreux salariés à l'introspection. Au début de l’année 2021, un actif sur cinq était dans un processus de reconversion professionnelle, et près de la moitié d'entre eux envisageiant de sauter le pas, selon le baromètre de la formation et de l'emploi de Centre Inffo, une association sous tutelle du ministère du Travail.

29 % des actifs en reconversion financent leur formation grâce à Pôle emploi, 37 % avec leur compte personnel de formation (CPF), selon Centre Inffo. En 2020, l'application « Mon compte formation », lancée par le ministère du Travail, a recensé près d'un million de formations financées pour plus d'un milliard d'euros.

Ces dernières années, les formations en tout genre se sont donc multipliées. Mais elles sont inégales. 

Les aspirants à la reconversion pensent souvent que le changement se fait en un claquement de doigts, à tort.

Afin d’amortir les désillusions, il  convient de bien évaluer les risques et de prévoir des filets de secours comme la possibilité de revenir à son ancien travail et d’être capable de prendre un emploi alimentaire.

Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !