Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Vatican covid-19 coronavirus pape François campagne de vaccination
©Alberto PIZZOLI / AFP

Barrière contre le virus

Covid-19 : les employés du Vatican qui refusent de se faire vacciner risquent le licenciement

Face à la menace de l’épidémie de Covid-19, le Vatican n’a pas hésité à publier un décret qui menace les salariés de licenciement s’ils refusent de se faire vacciner.

Le Vatican souhaite accélérer sa stratégie vaccinale et protéger au maximum la cité-Etat face aux risques des contaminations à la Covid-19. Si les employés du Vatican ne présentent pas de contre-indications médicales, rejeter la vaccination contre le coronavirus entraînera « des conséquences plus ou moins importantes pouvant aller jusqu'à l'interruption de la relation de travail », selon le texte publié sur le site officiel de l'Etat, d’après des informations de la rédaction de CNews. Le Vatican compterait 5.000 employés.

Le décret concerne également ceux qui souhaiteraient obtenir un poste au sein du Vatican. Ils pourraient donc ne pas être embauchés en cas de refus de se faire vacciner. Les autorités vaticanes justifient ces choix et cette méthode au regard de l’importance et de l'urgence de la lutte contre la Covid-19 et soulignent qu’un refus de vaccin peut « augmenter sérieusement les risques pour la santé publique ».

D'autres sanctions ont été détaillées dans le document : le non-port du masque et le non-respect des distances de sécurité peuvent faire l'objet d'amendes allant de 25 à 50 euros. La violation de la quarantaine peut aussi coûter jusqu'à 1.500 euros.

Le Vatican a entamé en janvier une campagne de vaccination gratuite pour tous ses employés. Le pape François et le pape émérite Benoît XVI ont déjà été vaccinés contre la Covid-19.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !