Cancer du sein : quand une journaliste découvre sa maladie en direct | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
La journaliste Amy Robach a découvert son cancer en direct
La journaliste Amy Robach a découvert son cancer en direct
©Capture écran ABC News

Stupéfaction

Cancer du sein : quand une journaliste découvre sa maladie en direct

Amy Robach, la vedette de la chaîne ABC News, avait passé un test de dépistage pour les besoins d’un reportage.

Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers chez les femmes. Ainsi, 50 000 cas ont été détectés en France en 2010. Dès l'âge de quarante ans, il est important de faire les premiers tests de dépistage. C'est en clair le message qu'a voulu faire passer en direct le producteur de l'émission phare de la chaîne américaine ABC News "Good Morning America". Pour les besoins d'une émission spéciale, plusieurs journalistes ont joué le jeu et ont fait le test préventif. Objectif : inciter les téléspectatrices à les imiter. Mais Amy Robach était au départ réticente à l'idée de passer cette mammographie en direct à la télévision. Mais elle a fini par céder comme elle l'explique dans une tribune publiée sur le site de la chaîne. 

Agée de quarante ans, cette journaliste réalise donc son premier test le 1er octobre dernier devant des millions de téléspectateurs. Elle est persuadée de ne pas être atteinte du cancer. "J'imaginais qu'il était virtuellement impossible que j'aie le cancer. Je travaille, je mange bien, je prends soin de moi et je n'ai pas d'antécédents familiaux" écrit-elle. Mais malheureusement après la mammographie, les médecins ont convoqué Amy Robach pour des examens complémentaires.

Ainsi, la journaliste a appris sa maladie au tout début du mois de novembre. "C'est encore très difficile pour moi de le dire haut et fort, mais je suis atteinte d'un cancer du sein". Elle passera sur la table d'opération dans les prochains jours pour subir une double mastectomie, suivie d'une chirurgie réparatrice. Depuis, Amy Robach a bien sûr réitéré son appel à l’attention des femmes de plus de 40 ans, les incitant à faire le test de dépistage au plus vite. "Je sais que je vais devoir livrer bataille, mais je suis reconnaissante d'avoir pu passer cet examen ce jour-là grâce à Good Morning America".

 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !