Les rappeurs Booba et Kaaris restent en prison après la bagarre à Orly | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Les rappeurs Booba et Kaaris restent en prison après la bagarre à Orly
©Dominique FAGET

Demande rejetée

Les rappeurs Booba et Kaaris restent en prison après la bagarre à Orly

Le recours des deux chanteurs a été examiné ce mardi par le tribunal correctionnel de Créteil.

Les deux artistes vont donc rester en prison jusqu'à leur procès pour "violences aggravées", prévu le 6 septembre prochain. Les rappeurs avaient fait appel de leur placement en détention provisoire depuis dix jours. 

Le tribunal correctionnel de Créteil n'a pas été sensible à leurs arguments et a rejeté ce mardi 14 août la recours de Kaaris. Le chanteur Booba a, de son côté, retiré sa demande dans l'attente d'une autre procédure. 

Les deux rappeurs se sont retrouvés dans le viseur de la justice à la suite de leur violente rixe dans l'un des halls de l'aéroport d'Orly. 

Elie Yaffa (Booba) et Okou Armand Gnaouri (Kaaris) ont donc vu leur demande rejetée alors qu'il passaient ce mardi devant le tribunal correctionnel de Créteil, aux côtés des autres prévenus impliqués dans la rixe.

Kaaris et trois de ses proches vont donc poursuivre leur "séjour" à Fresnes. Booba a décidé de retirer sa demande de remise en liberté. Il conteste en réalité sa détention dans une procédure distincte, qui pourrait d'ailleurs être examinée la semaine prochaine par la cour d'appel de Paris.   

Les deux artistes vont donc devoir passer encore une vingtaine de jours en détention jusqu'à leur procès du 6 septembre. Ils risquent jusqu'à sept ans de prison et 100 000 euros d'amende. Reste à savoir si les deux artistes, placés à l'isolement à Fresnes et à Fleury-Mérogis, trouveront l'inspiration pour écrire de nouveaux textes, dans l'optique d'un futur album, d'ici au début du mois prochain. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !