Bientôt un médicament antidouleur issu du venin du scorpion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le venin du scorpion pourrait servir à la création d'un médicament antidouleur
Le venin du scorpion pourrait servir à la création d'un médicament antidouleur
©REUTERS/Ilya Naymushin

Produit miracle

Bientôt un médicament antidouleur issu du venin du scorpion

Des scientifiques australiens ont étudié la composition chimique du venin de près de 1 500 scorpions et en ont déduit que celui-ci pourrait être utilisé comme un analgésique.

Les scorpions, tout comme les serpents ou les araignées, secrètent normalement leur venin en cas d’attaque. Parfois, celui-ci est même mortel. C’est pourquoi la recherche médicale s’intéresse de près à la composition chimique de ces venins afin de pouvoir les réutiliser scientifiquement. C’est notamment le cas de scientifiques australiens de l’Université des sciences et de la biologie du Queensland. Ceux-ci ont prouvé que le venin du scorpion pouvait servir à la mise en place d’un médicament antidouleur. Pour en arriver à une telle conclusion, ils se sont penchés sur 1 500 scorpions australiens et ont étudié la composition chimique de leur venin, dont certains se sont révélés unique dans la structure et la séquence.

''Parce qu'ils sont sur le sol australien depuis longtemps  leur venin est très différent de  celui des autres scorpions du monde, ce qui les rend très caractéristiques '' a déclaré au Sydney Morning Herald  le professeur Brian  Fry. ''Si nous pouvons comprendre comment ce venin  est  à l'origine de la douleur alors nous pouvons l’utiliser pour traiter la douleur '' a conclu le professeur Fry.  Il ne reste plus qu’à créer ce fameux médicament.

lu sur le Sydney Morning Herald

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !