Berck : un commissariat évacué à cause des mauvaises odeurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Berck : un commissariat évacué à cause des mauvaises odeurs
©REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Improbable

Berck : un commissariat évacué à cause des mauvaises odeurs

D'origine encore inconnue, cela faisait trois semaines que les policiers se plaignaient de cette puanteur.

Après les effluves de cannabis, la puanteur. Décidemment, les commissariats du Nord ont un problème avec les odeurs. Souvenez-vous la semaine dernière, on vous relatait que dans un commissariat de Roubaix, la trop grande présence de cannabis dans les locaux incommodait fortement les policiers, cette fois-ci les émanations sont telles que le commissariat de police de Berck (Pas-de-Calais) a dû être évacué mardi, selon Le Figaro. D'origine encore inconnue,les odeurs étaient en effet devenues trop insupportables pour les forces de l'ordre. Trois d'entre eux ont été placés en arrêt maladie et d'autres ont été victimes de malaises.

"On est tous, tous intoxiqués. On a l'exemple d'un collègue qui est arrivé seulement hier matin. Hier soir, il est rentré chez lui avec une barre dans la poitrine, il n'arrive plus à respirer, c'est vraiment qu'il y a quelque chose", a déclaré Fabrice Kazmierzak, brigadier-chef à Berck et délégué syndical Unsa police.

"C'est hallucinant que dans un commissariat, on ne puisse pas respirer correctement, qu'on ne puisse pas accueillir les gens. Il y a des gens qui restent un quart d'heure, ils font des malaises. Donc, vous imaginez depuis trois semaines ce qu'on a pu engranger dans le sang, on en a ras-le-bol", ajoute-t-il. Malgré des visites quasi quotidiennes, les pompiers n'ont pas réussi à identifier l'origine de ces odeurs nauséabonds.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !