Bébé royal : avant même la révélation de son prénom, il avait déjà son nom de domaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le bébé royal a déjà son nom de domaine
Le bébé royal a déjà son nom de domaine
©REUTERS/Cathal McNaughton

Insolite

Bébé royal : avant même la révélation de son prénom, il avait déjà son nom de domaine

Dès mercredi 24 juillet au matin, Luc-André Biggs, un homme d’affaire suisse qui crée des noms de domaines sur internet pour les revendre ensuite, a déposé le nom de domaine georgealexanderlouis.com.

Gros coup de chance ou talent hors norme ? Difficile de juger sur un seul évènement mais l'histoire n'en est pas moins insolite. Comme le révèle l'hebdomadaire suisse Handelszeitung, le bébé royal né le 22 juillet possède déjà un nom de domaine sur Internet. Celui-ci a été déposé par Luc-André Biggs, un homme d'affaires suisse, et se compose des trois prénoms de l'enfant. Cela donne donc georgealexanderlouis.com. Mais là où ce Suisse a eu le nez creux, c'est qu'il avait déposé ce nom de domaine avant même la révélation du prénom du bébé de Kate et William.

Pour ce faire, Luc-André Biggs, qui crée des noms de domaines sur internet pour les revendre ensuite, s'est appuyé sur les noms les plus cités par les bookmakers anglais. George était leur prénom favori, aux côtés de James, Alexander, Richard et Louis pour le petit prince connu à présent sous le nom de Son Altesse Royale le prince George de Cambridge.

Selon le journal Les Echos, qui relaye l'information, l'entrepreneur de 32 ans, ancien agent immobilier en Suisse et expatrié au Portugal, a passé sept ans à observer le marché des noms de domaine, évaluant ceux qui prenaient de la valeur et ce qui n'en prenaient pas. Luc-André Biggs attend à présent les offres d'achat pour le nom de domaine du prince de Cambridge, tout en indiquant au site internet suisse ne pas "pouvoir vraiment estimer la valeur de ce domaine".

Reste à savoir quand le petit prince aura son propre compte Facebook et/ou Twitter.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !