Arnaque à la webcam : pourquoi il ne faut pas céder au chantage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Nouveau monde
Arnaque à la webcam : pourquoi il ne faut pas céder au chantage
©Valery HACHE / AFP

Black Mirror

Arnaque à la webcam : pourquoi il ne faut pas céder au chantage

L'UFC Que choisir alerte sur une recrudescence des arnaques à la webcam. Mais la plupart du temps, les pirates ne disposent pas d'images compromettantes.

"J’ai piraté vos appareils il y a quelques mois, j’ai mis en place un virus sur un site pour adulte que vous avez visité et j’ai réussi à avoir la main sur votre appareil. […] J’ai enregistré une vidéo […] vous enregistrant en train de vous amuser. Je pense que 500 euros est un juste prix pour notre petit secret." Ce type de chantage par email est en recrudescence depuis le début de l'année, observe l'association UFC Que choisir, qui a reçu des témoignages de consommateurs désemparés. Si certains d'entre eux assurent ne jamais être allé sur des sites trop chauds pour les mineurs, d'autres ne nient pas et s'inquiètent de la conduite à tenir...

Mais la plupart de ces images sont faux, indique l'association. "Ces messages frauduleux ne sont pas ciblés et sont diffusés en masse, peu importe que les destinataires soient allés ou non sur un site pornographique", écrit l'UFC. S'il n'est pas accompagné d'images vous représentant la main dans le sac, nul besoin de vous inquietez : le pirate est très certainement en train de bluffer. Certains messages plus personnalisés sont accompagnés d’un mot de passe qu’utilise effectivement le destinataire sur l’un de ses comptes : pas de panique, les escrocs l’ont simplement récupéré dans des bases de données qui ont fuité sur Internet - d'où l'importance de changer régulièrement ses mots de passe.

"Dans les cas réels de sextorsion ciblée, la victime "connaît" son maître chanteur auquel elle a fourni des images ou vidéos compromettantes de son plein gré après avoir été abusée", précise par ailleurs la plateforme Cybermalveillance sur son site. 

Face à ces emails, la meilleure attitude à adopter est de ne pas répondre et, surtout, ne pas envoyer d’argent. Vous pouvez aussi déposer plainte au commissariat, indique l'association.

UFC Que choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !