Alec Balwin règle ses comptes sur Twitter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Alec Balwin 
règle ses comptes sur Twitter
©

Remonté

Alec Balwin règle ses comptes sur Twitter

L'acteur n'a pas du tout apprécié d'être sorti d'un avion parce qu'il jouait à un jeu en ligne, il le dit sur le réseau social.

[Modifié le 8 décembre à 12h30]

Après son règlement de compte par Twitter interposé avec la compagnie aérienne Americain Airlines, Alec Balwin continue son "pétage de plomb on line". Mercredi, il a demandé à ses followers d'arrêter de le suivre et changé le nom de son compte en Deactivated001. Depuis, son compte a même été suspendu.

 

Alec Baldwin n’a pas apprécié, mais alors pas du tout, d’être sorti de force d’un avion parce qu’il jouait à un jeu vidéo en ligne. Furieux, l’acteur l’a fait savoir quelques minutes plus tard sur son compte Twitter. "Les hôtesses de l’air m’ont fait sortir d’un vol d’American Airlines parce que je jouais à Words with friends (l’équivalent du scrabble, NDLR). Pourtant nous étions à l'arrêt, toujours à la porte d’embarquement", a-t-il écrit dans un premier tweet.

"#ilyatoujoursunited Dernier vol avec American Airlines. Là où se recyclent les profs de gym des années 1950", a poursuivi Baldwin, de plus en plus énervé, après qu’American Airlines lui ai offert une place sur un autre vol.

La compagnie aérienne a réagi rapidement aux invectives de l’acteur en lui répondant sur son compte Twitter : "M. Baldwin, nous menons notre enquête". American Airlines a également dû se justifier sur son propre compte : "Nos hôtesses suivaient les instructions de sécurité fédérales sur l’usage du matériel électronique dans un avion fermé", a fait savoir la compagnie.

"Il jouait sur son téléphone, il ne voulait pas arrêter. Puis il s’est caché dans les toilettes, il s’est un peu énervé et on a dû le faire sortir de l’avion", raconte un passager qui a assisté à la scène.

Lu sur l'AFP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !