Alcoolisme : Selincro, le médicament qui coupera votre envie de boire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
L'alcoolisme peut être soigné
L'alcoolisme peut être soigné
©Reuters

Champagne !

Alcoolisme : Selincro, le médicament qui coupera votre envie de boire

Un nouveau médicament pour lutter contre l'alcoolisme a été mis sur le marché. Il réduirait l'envie de boire.

Et si un médicament permettait de lutter efficacement contre l'alcoolisme ? Cela aurait pu être improbable il y a quelques années, c'est désormais officiel aujourd'hui. On connaissait le baclofène qui était utilisé pour aider les personnes dépendantes à l'alcool, on va découvrir le Selincro dont le traitement contient une molécule déjà utilisée pour soigner l'addiction aux opiacées. Conçue par un laboratoire finlandais, plus particulièrement par Biotie Therapies, et commercialisée par le Danois Lundbeck, cette nouvelle trouvaille serait concluante. En effet, Biotie Therapies a fabriqué un analgésique qui diminue l'absorption d'alcool et qui couperait l'envie de boire.

Les essais cliniques démontreraient donc qu'après six mois de suivis du traitement, la consommation d'alcool a diminué de 60%. Pour information, Selincro est un médicament utilisé principalement sur les cas qui ne sont pas urgents. Les patients suivis doivent impérativement être adultes et leur consommation doit être de 60 grammes par jour pour les hommes et de 40 grammes par jour pour les femmes.

"Selincro doit être pris à la demande", a tenu à préciser le Finlandais Biotie Therapies avant d'ajouter que "chaque jour, le patient perçoit un risque de consommer de l'alcool". "Un médicament doit être pris, de préférence une à deux heures avant l'heure envisagée d’alcoolisation", ont-ils affirmé. Pour rappel, 14 millions de personnes sont atteintes d'alcoolisme en Europe. Seulement 8 % suivent un traitement. Le Selincro serait commercialisé dès la mi-2013.

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !