A 32 ans, elle se réveille en pensant en avoir 15 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Une femme s'est réveillée en pensant vivre en 1992.
Une femme s'est réveillée en pensant vivre en 1992.
©Flickr

Chirac, président !

A 32 ans, elle se réveille en pensant en avoir 15

La britannique Naomi Jacobs raconte dans un livre l'amnésie partielle de huit semaines qu'elle a vécu.

Imaginez : vous vous réveillez un beau matin, prêt(e) à vous rendre au lycée. Mais voila, vous êtes dans un lit que vous ne reconnaissez pas... Et un corps qui a bien vieilli. Pire, un enfant entre dans la pièce et se présente comme le votre.

C'est la drôle de surprise qu'a connu Naomi Jacobs : un beau matin de 2008, elle s'est réveillée en ayant perdu 17 ans de mémoire. Victime d'une amnésie partielle, elle n'avait plus aucun souvenir postérieur à ses 15 ans. Elle était persuadée de vivre en 1992, que John Major était Premier ministre et que les téléphones portables étaient "des grosses briques avec une antenne".

En voyant arriver son enfant de 11 ans, "jétais choquée", a-t-elle expliqué à la BBC. J'étais heureuse d'avoir donné la vie mais je n'en avais aucun souvenir. Et en même temps, j'étais terrorisée d'avoir la responsabilité d'un enfant." 

La jeune femme, qui a finalement retrouvé ses souvenirs huit semaines plus tard, a été victime d'une forme d'amnésie partielle extrêmement rare causée par un stress important : dans son cas, une rupture et une grosse pression professionnelle, rapporte le Monde. Elle raconte son histoire dans un livre à paraître (en Grande-Bretagne) le 23 avril, intitulé Forgotten Girl.

"Regarder ma vie avec les yeux d'une jeune fille m'a offert de nouvelles perspectives, m'a permis de changer et d'améliorer ma vie", assure-t-elle aujourd'hui.

Lu sur Big Browser

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !