200.000 pèlerins pour la Sainte tunique du Christ, à Argenteuil | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
200.000 pèlerins pour la Sainte tunique du Christ, à Argenteuil
©

Succès

200.000 pèlerins pour la Sainte tunique du Christ, à Argenteuil

L'ostension de la tunique d'Argenteuil, qu'aurait portée Jésus avant sa mort, selon la légende, a remporté plus de succès que prévu.

Plus de 200.000 personnes sont venues admirer, du 25 mars au 10 avril, la tunique qu'aurait portée Jésus dans les heures précédant sa mort, a annoncé le recteur de la basilique d'Argenteuil (Val-d'Oise) dimanche, au dernier jour de l'ostension de cette relique.

La tunique d’Argenteuil est selon la tradition une relique de la Sainte Tunique du Christ. Elle aurait été offerte par Charlemagne à l'abbaye d'Argenteuil. Longtemps considérée comme une relique insigne, elle a fait l'objet de nombreuses processions et pèlerinages, mais son statut, comme celui du Suaire de Turin, a évolué, l'Église se montrant plus prudente et y voyant désormais "une icône".

Traditionnellement, l'ostension de cette tunique, qui vient d'être restaurée, a lieu une fois tous les 50 ans. Après les expositions de 1934 et 1984, l'évêque de Pontoise avait toutefois décidé de la sortir de nouveau et "je crois pouvoir dire qu'on n'attendra pas 50 ans" avant la prochaine ostension, a glissé le le recteur de la basilique, Guy-Emmanue Cariot.

Le sujet a en effet été plus important que prévu. Alors que 150.000 personnes étaients attendues,  "nous avons dépassé le 200.000e pèlerin. (...) Il faut patienter 2h30 aujourd'hui pour voir la Sainte tunique", a déclaré le père Cariot. "On est hyper heureux de voir l'engouement qu'il y a eu", a-t-il ajouté, soulignant que plus de 11.000 personnes s'étaient confessées en l'espace de 17 jours.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !