Ukraine : la présidence de l'Union européenne réclame un tribunal spécial pour les massacres dans la ville d’Izioum | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Crédits Photo: Capture d'écran Euronews / Youtube / DR
La présidence tchèque de l'Union européenne souhaite que puisse se créer un tribunal international spécial après la découverte de centaines de corps enterrés près d'Izioum.

Fosses communes et tortures

Ukraine : la présidence de l'Union européenne réclame un tribunal spécial pour les massacres dans la ville d’Izioum

La présidence tchèque de l'UE a appelé samedi à la création d'un tribunal international spécial après la découverte de centaines de corps enterrés près d'Izioum.

La présidence tchèque de l'Union européenne souhaite que puisse se créer un tribunal international spécial après la découverte de centaines de corps enterrés près d'Izioum, selon des informations d'Euronews. La ville a été reprise aux Russes dans l'Est de l'Ukraine, où les combats continuent. 

« Au XXIe siècle, de telles attaques contre la population civile sont impensables et odieuses. J'appelle à la création rapide d'un tribunal international spécial », a déclaré samedi sur Twitter le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Lipavsky, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne.

Les autorités ukrainiennes ont fait état vendredi de « 450 corps de civils portant des traces de mort violente et de torture » enterrés dans un bois à la périphérie d'Izioum.

« Plus de 10 chambres de torture ont déjà été découvertes dans différentes villes libérées dans la région de Kharkiv », où se trouve Izioum, selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'annonce de cette découverte macabre a soulevé une nouvelle vague d'indignation en Occident, un peu plus de cinq mois après que l'armée russe, chassée des environs de Kyiv, avait laissé derrière elle des centaines de cadavres de civils, dont un certain nombre portaient des traces de tortures et d'exécutions sommaires, notamment dans la localité de Boutcha.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré souhaiter la comparution du président russe Vladimir Poutine devant la justice internationale pour crimes de guerre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !