Les ventes d'abris antiatomiques augmentent en France avec le contexte de la guerre en Ukraine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crédits Photo: Capture d'écran CNews / DR
Face à la crainte d'une attaque nucléaire avec la guerre en Ukraine, le marché des abris connait un fort engouement.

Menace russe

Les ventes d'abris antiatomiques augmentent en France avec le contexte de la guerre en Ukraine

Ces dernières semaines ont été particulièrement fructueuses pour les fabricants d’abris antiatomiques en France. Avec la crainte de l'usage de l'arme nucléaire lors de la guerre en Ukraine, les constructions de bunkers se multiplient.

Face à la crainte d'une attaque nucléaire au coeur de la guerre en Ukraine et de la menace russe, le marché des abris connait un fort engouement. Les fabricants d’abris antiatomiques voient une clientèle plus nombreuse affluer et leur chiffre d’affaires exploser, selon des informations de CNews.

Le patron de la société Amesis Bat basée à Aix-en-Provence a confié à CNews que cette période est particulièrement fructueuse pour son entreprise. 

Sa société propose des abris antiatomiques pour un prix moyen de 89.000 euros. Il a "déjà signé six contrats en vingt jours". 

Ce bunker est équipé d’un réseau d’électricité, d’eau, d’une sortie de secours et d'un sas de décompression. La surface habitable de 14 m2 peut accueillir jusqu’à 6 personnes. 

Les entreprises spécialisées dans le domaine ne sont pas nombreuses, et la mise en place de l’installation est longue. Il faut en effet faire une étude du terrain, demander des autorisations de la mairie pour obtenir un permis de construire. Le délai d’attente est d’environ trois mois avant d’être livré.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !