Les Stagiaires : un coup de pub gratuit pour Google | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Copie d'écran du film Les Stagiaires

Cinéma

Les Stagiaires : un coup de pub gratuit pour Google

Le film de Shawn Levy, qui met en scène l'entreprise idéale, est sortie hier sur grand écran. Google assure ne pas avoir interféré.

Les Stagiaires, de son vrai nom, est une comédie américaine qui ressemble fort à une publicité d'une heure et demie pour le géant Google.

Deux VRP au chômage (Owen Wilson et Vince Vaughn) décrochent un stage dans la célèbre société, une entreprise modèle qui «existe pour rendre la vie des gens un peu meilleure.» Épinglé par la presse anglo-saxonne pour un excès de flagornerie, le réalisateur Shawn Levy, s'explique : Vince Vaughn est à l'origine de l'idée. Il avait pris l'initiative d'appeler Google pour que le nom de l'entreprise soit utilisé «sans contreparties». 

Devant le résultat trop poli pour être honnête, un porte-parole de Google dément, à son tour, toute intention marketing: «Ce n'est pas une publicité de deux heures pour Google. Nous n'avons rien payé et nous n'avons rien changé», a déclaré l'intéressé au CourierMail, site d'actualité autralien. Et de poursuivre: «Vince Vaughn a fait le tour du campus, il a mangé avec une dizaine de personnes et a parlé de l'atmosphère au travail. Il voulait capturer l'essence de la culture Google.» Les logos, les locaux qualifiés de «jardin d'Éden», la Google car et les casquettes bigarrées également. Si aucune tractation financière n'a eu lieu, l'affiche arbore le logo bien connu, à l'envers. Nul besoin d'un miroir pour le déchiffrer.

Ce coup de pub gratuit, qui pourrait même s'inspirer des Stagiaires pour lancer une belle campagne de recrutement. 


Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !