Jordanie : une bagarre a éclaté au Parlement lors d’un débat sur l’égalité hommes-femmes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran YouTube / Le Parisien / DR
Un débat sur l’égalité hommes-femmes a entraîné des scènes de tensions et des violences au sein du Parlement en Jordanie.

Rixe

Jordanie : une bagarre a éclaté au Parlement lors d’un débat sur l’égalité hommes-femmes

Les députés jordaniens ont eu un vif échange lors d’une session au Parlement. Les débats concernaient notamment le fait d’ajouter le mot « Jordaniennes » dans la Constitution.

Un débat sur l’égalité hommes-femmes a entraîné des scènes de tensions et des violences au sein du Parlement en Jordanie, comme le montre cette vidéo du Parisien. Les faits se sont déroulés le 28 décembre. Les députés échangeaient notamment sur l’opportunité d’ajouter le mot « Jordaniennes » dans la Constitution, dans le but d’apporter plus d’égalité entre les hommes et les femmes, selon des précisions du Parisien.

Des députés jordaniens en sont venus aux mains mardi, nécessitant l’interruption d’une séance du Parlement, lors d’un débat dans le cadre d’une réforme constitutionnelle, selon la télévision officielle.

Le gouvernement souhaitait amender la Constitution, et notamment inclure la mention « Jordaniennes » dans le chapitre II intitulé « droits et devoirs des Jordaniens » qui porte notamment sur l’égalité des droits des citoyens. Plusieurs députés se sont opposés à cette modification, la jugeant « inutile ».

Certains propos ont provoqué la colère du chef du Parlement Abdelkarim al-Daghmi qui a réclamé des excuses auprès d’un député.

Le chef du Parlement a demandé à l’un des députés de quitter la salle entraînant une bagarre entre plusieurs députés.

La Constitution en Jordanie, promulguée en 1952 par le grand-père du roi Abdallah II, a déjà été amendée 29 fois, selon la rédaction du Parisien.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !