Election présidentielle : "Il va falloir choisir entre le Général de Gaulle et Adolf Hitler, c'est comme ça que les choses nous sont présentées", selon Michel Onfray | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran BFMTV / RMC / DR / Dailymotion
Michel Onfray s'est confié sur l'élection présidentielle ce vendredi sur les antennes de BFMTV et RMC.

2022

Election présidentielle : "Il va falloir choisir entre le Général de Gaulle et Adolf Hitler, c'est comme ça que les choses nous sont présentées", selon Michel Onfray

Le philosophe Michel Onfray était l’invité d’Apolline de Malherbe ce vendredi sur BFMTV et RMC. Il a notamment été interrogé sur la démocratie et sur la campagne électorale. 

Michel Onfray était l'invité de BFMTV et RMC ce vendredi 4 février. Il a annoncé qu'il s'abstiendrait lors de la présidentielle à venir, estimant que l'élection était "jouée d'avance" et promise à un candidat favorable à l'Europe "maastrichtienne".

A l'occasion de la sortie du second tome de son livre "La Nef des fous", Michel Onfray s'est confié sur le scrutin de 2022 et sur la campagne électorale : 

"Il va falloir choisir entre le général de Gaulle et Adolf Hitler, c’est comme ça que les choses nous sont présentées. (...) Là, éventuellement, on aura le choix entre le général de Gaulle et le général Giraud. (...) Je ne vais pas à des élections jouées d'avance. (...) Je peux vous dire qui sera élu. Je vous parie que ce sera un cadidat maastrichtien. Un candidat maastrichtien, c'est-à-dire qui défend ce qu’ont défendu Mitterrand à partir de 1983, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron... Si c’est pas Macron, ce sera Valérie Pécresse, ce sera sûrement pas Zemmour, sûrement pas Marine Le Pen. C’est le même système qui va fonctionner".

BFMTV - RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !