Bilal Hassani nie être l'auteur de tweets anti-Israël et pro-Dieudonné | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Crédits Photo: capture d'écran ONPC

"Ces propos, c'est pas les miens"

Bilal Hassani nie être l'auteur de tweets anti-Israël et pro-Dieudonné


Le candidat français pour l'Eurovision, Bilal Hassani, est au simple d'une polémique depuis quelques jours. Alors que la prochaine édition du concours européen de la chanson se tiendra en mai à Tel Aviv, en Israël, des internautes ont retrouvé d'anciens messages problématiques publiés en 2014 sur son compte Twitter, alors qu'il avait 14 ans.

Dans le premier, il réagit à un article du Monde sur le conflit armé au Proche-Orient et accuse Israël de "crime contre l’humanité". Dans le second, il soutient l'humoriste controversé Dieudonné et s'en prend à son traitement par "Le Grand Journal", l'émission de Canal +, accusant les journalistes de l'émission de chercher leurs infos "dans les poubelles".

Dans une vidéo publiée vendredi en fin de journée sur son compte Twitter, Bilal Hassani a réagi à la polémique : "Je ne devrais pas répondre à tous ces mensonges mais je constate bien que je ne peux pas garder le silence. Ces propos, c’est pas les miens. C’est ni mes écrits, ni mes pensées. Quand j’avais 14 ans, mon compte Twitter je n’étais pas le seul à y avoir accès. Il y avait plusieurs personnes qui avaient mon mot de passe. Et s’il est passé des choses qui étaient hors de mon contrôle et de ma connaissance. Je n’ai pas fait attention à nettoyer, à vérifier et à revérifier. Et ça c’était une erreur de ma part."

Pour lui, ces Tweets publiés sur son compte sont "une opportunité pour tous les haters (…) de propager des fake news. Bientôt vous pourrez peut-être même voir, et je pense que j’en ai déjà vu, des choses orchestrées, des montages où je dis des choses homophobes. Alors que ça n’a aucun sens." 

"La seule chose que je peux dire c’est que même si c’était quelque chose qui était vraiment arrivé, c’est que j’avais 14 ans, et qu’on peut tous faire des grosses, grosses bêtises", assure Bilal Hassani.

LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !