"On peut jouir d'un viol" : Brigitte Lahaie crée la polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Crédits Photo: Thomas SAMSON / AFP

Choc

"On peut jouir d'un viol" : Brigitte Lahaie crée la polémique

L'animatrice radio a choqué Caroline de Haas sur un plateau télé.

Mercredi 10 janvier au soir, Brigitte Lahaie, une des 100 femmes à avoir signé la tribune choc parue dans le Monde, et Caroline De Haas débâtaient dans l'émission "News et compagnie" de Nathalie Lévy sur BFMTV. Brigitte Lahaie, qui a contribué à l'écriture de la tribune avec Catherine Deneuve, Catherine Millet ou encore Sophie de Menthon, a déclaré : "Le vrai problème pour moi, c’est la compréhension de ce qu’est la construction identitaire sexuelle pour une femme et un homme, et pour l'instant, les femmes ont une revanche à prendre parce qu'elles ont tellement entendu qu'elles étaient le sexe faible, et pour moi, c'est nous qui avons le pouvoir. On fait ce qu'on veut d'un homme, et c'est parce que les mères éduquent leurs filles avec cette idée qu'elles ne sont que des filles, que les filles se sentent coupables." Et de poursuivre : "C'est en redonnant aux femmes cette puissance de leur corps et cette capacité à jouir... Vous trouvez normal que quand une femme ne jouit pas c'est à cause de son mec ?!"

"On peut jouir lors d'un viol, je vous signale"

De son côté, la féministe Caroline De Haas - elle-même victime de viol- a lancé : "Comment on fait pour redonner aux femmes la puissance de leurs corps ? Il y a un truc simple, c'est d'arrêter les violences, parce que les violences, elles empêchent la jouissance. Quand vous avez été victime de viol, vous jouissez moins bien, en général". C'est alors que l'animatrice radio, n'étant pas d'accord avec son interlocutrice, a glissé : "On peut jouir lors d'un viol, je vous signale".

>>> À lire aussi : Dernières nouvelles du front (hommes/femmes) : ce que révèle la violence des réactions à la tribune signée par Catherine Deneuve pour défendre "une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle"

Une phrase choc qui a laissé sa voix Caroline De Haas. Plus tard sur Twitter, elle est revenue sur ce sujet qui a enflammé la Toile : "Le corps d'une victime de violence peut réagir de plein de manières différentes. Cela ne change rien au fait que le viol est un crime. Placer cette phrase alors que l'on parlait de plaisir sexuel donne un sentiment de banalisation de la violence."

Vu sur Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !