Retraites : les Français plus réalistes que la classe politique ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
60% des Français sont convaincus qu'il sera nécessaire dans les années à venir de repousser l'âge de départ à la retraite à 65 ans.
60% des Français sont convaincus qu'il sera nécessaire dans les années à venir de repousser l'âge de départ à la retraite à 65 ans.
©Reuters

Politico Scanner

Retraites : les Français plus réalistes que la classe politique ?

Bien qu'ils n'apprécient pas vraiment cette idée, 60% des Français sont convaincus qu'il sera nécessaire dans les années à venir de repousser l'âge de départ à la retraite à 65 ans.

Philippe Crevel

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio »

Atlantico : Plus d'un tiers des Français estiment que la priorité en matière de financement doit se porter sur les retraites plutôt que sur l’assurance maladie ou les allocations chômage. Comment peut-on expliquer cet arbitrage ?

Philippe Crevel : L'évolution des priorités des Français est liée au contexte anxiogène et aux annonces répétées de réforme du régime de base comme des régimes complémentaires. Le fait que le gouvernement ait annoncé la nécessité de réformer à nouveau le système des retraites contribue à cette anxiété. Par ailleurs, les Français placent le dossier des retraites comme la priorité numéro 1 parce que ce sujet les touche davantage que l'assurance maladie ou l'assurance chômage. Nous avons tous vocation à être à la retraite mais nous n'avons pas tous vocation à être malade ou à être au chômage.

Par ailleurs, la question de la dépendance ne concerne que les personnes âgées, alors que le logement est un sujet qui touche particulièrement les jeunes, ces derniers n'étant généralement pas propriétaires et l'acquisition du premier logement en France devenant de plus en plus difficile. Les grands sujets de préoccupation de la population dépendent de l'âge et de la situation professionnelle.


Sur quel sujet, selon vous, faut-il en priorité assurer son financement pour les prochaines années ? En première réponse ? En deuxième réponse ?
Cliquer sur le graphique pour agrandir

35% des Français souhaitent le maintien du système actuel de retraite. Cela témoigne-t-il d'une volonté de leur part de conserver leurs avantages ? 

Le système des retraites français est complexe, il est donc difficile de l'appréhender et encore plus difficile de se projeter dans un autre système. Il est assez logique que les Français soient très partagés sur l'évolution de leur système de retraite. On constate notamment que les fonctionnaires sont plus conservateurs car ils savent que leur système est plus avantageux que le système général et qu'en cas de changement, ils risquent de figurer parmi les perdants.

Si un bon tiers est pour le statut quo, deux tiers sont pour des évolutions importantes des systèmes de retraite. Une grande partie de la France est donc réformatrice et peut-être plus audacieuse que les pouvoirs publics.


A l'avenir, quel système de retraite préférez-vous ?
Cliquer sur le graphique pour agrandir


Quelles mesures seriez-vous prêt à accepter pour assurer l'avenir du système de retraite ?Cliquer sur le graphique pour agrandir


Plus de la moitié des Français estiment qu'il est nécessaire de reporter l'âge légal de départ à la retraite, alors qu'ils n'étaient même pas un tiers à partager cette opinion en 2011. Les Français sont-ils prêts à accepter les sacrifices nécessaires ? Qu'est-ce qui a changé depuis 2011 ?

Il est surprenant que 60% des Français jugent nécessaire de reporter l'âge légal de départ à la retraite. Néanmoins, cela ne signifie pas qu'ils aiment cette idée, simplement, ils la jugent nécessaire. Les Français ne veulent pas partir tard à la retraite mais se rendent compte aux vues des exemples étrangers qu'il faudra peut-être y venir. Les Français, une fois de plus, peuvent être considérés comme plus réalistes que la classe politique et les partenaires sociaux. .

Si en 2011 seuls 30% des Français jugeaient nécessaire le report de l'âge légal de départ à la retraite, en 2013, ils sont 60%. Cette évolution s'explique par la situation économique et par le fait que ce chemin soit suivi par tous à l'étranger. Par ailleurs, les Français ne se font pas d'illusion sur les autres solutions et craignent qu'en cas de maintien de l'âge de départ à 62 ans, le prix à payer soit encore plus cher. On peut considérer que Nicolas Sarkozy a réussi à convaincre l'opinion qu'il s'agissait d'un chemin nécessaire, même si c'est un chemin mal-aimé.

On constate également une augmentation de l'inquiétude quant à la retraite, l'augmentation de ce sentiment se concentre sur les "très inquiets". Deux types de populations sont particulièrement concernés : les jeunes actifs et les femmes. Ce sont deux publics fragilisés dans le système actuel de retraite. Les femmes sont pénalisées en raison des différences de salaires et des interruptions de carrières. Les jeunes, eux, pensent que le système ne tiendrait pas jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge de la retraite. Ces deux publics indiquent leur méfiance et leur doute sur le système de retraite actuel avec l'idée qu'ils seront les grands perdants des réformes. Soit parce que les générations précédentes auront tout dépensé, soit parce que l'on va réduire les retraites des femmes en supprimant les majorations pour les enfants.

La baisse du pouvoir d'achat oblige les Français à puiser dans leur épargne ce qui laisse moins d'argent disponible pour préparer sa retraite. C'est la conséquence logique de la situation économique et financière.

D'ici une dizaine d'années, pensez-vous qu'il sera nécessaire ou pas nécessaire de reporter l'âge légal de la retraite de 62 à 65 ans ?Cliquer sur le graphique pour agrandir

Vous personnellement, quand vous pensez à votre retraite, êtes-vous... ?Cliquer sur le graphique pour agrandir

Personnellement, épargnez-vous (ou avez-vous épargné) en vue de financer votre retraite ?Cliquer sur le graphique pour agrandir

Méthodologie :Sondage CSA / CECOP réalisé par téléphone les 8 et 9 janvier 2013 au domicile des personnes interrogées. Enchantillon national représentatif de 1 009 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et catégorie d’agglomération.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !