Quand l’oiseau de nuit jongle avec les fuseaux horaires et quand les oiseaux donnent la becquée à l’ombre du Jet d’eau : c’est l’actualité des montres… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Un plateau qui tourne sur lui-même au centre du cadran, pour entraîner trois tourbillons eux-mêmes en giration : le comble de la précision mécanique ?
Un plateau qui tourne sur lui-même au centre du cadran, pour entraîner trois tourbillons eux-mêmes en giration : le comble de la précision mécanique ?
©

Atlantic-tac

Quand l’oiseau de nuit jongle avec les fuseaux horaires et quand les oiseaux donnent la becquée à l’ombre du Jet d’eau : c’est l’actualité des montres…

Mais aussi des tourbillons qui jouent au manège, une philosophie qui joue avec les micro-tesselles de verre, une fleur babylonienne et une nouvelle montre pour François Hollande…

ANTOINE PREZIUSO : Trois fois un + un = plus de précision…

C’est un des horlogers indépendants les plus attachants de la scène suisse : Antoine Preziuso n’est pas un perdreau de l’année, puisqu’il est sorti de l’école horlogère de Genève en plein marasme horloger, à une époque où la Suisse liquidait son héritage mécanique, quand il n’y avait plus qu’une poignée d’élèves [et même moins de cinq] qui croyaient à l’avenir des montres traditionnelles. Ensuite, il a créé sa marque, connu le succès, imaginé des complications et suscité un fan club de collectionneurs qui l’ont aidé à surmonter une ou deux traversées du désert. Aujourd’hui, il revient sur le devant de scène avec une complication mécanique magistrale : un trio de tourbillons développés avec son fils Florian, horloger lui aussi. Disons, pour simplifier, que le tourbillon [ce qui fait tic-tac dans la montre tournant sur lui-même dans un élan tourbillonnant] est toujours considéré comme la complication mécanique par excellence. Antoine Preziuso en a posé trois, qui tournent sur eux-mêmes en une minute, sur un plateau qui tourne sur lui-même en dix minutes (en haut de la page). C’est le Tourbillon des tourbillons, chacun corrigeant l’autre grâce à un différentiel central et le tout assurant une moyenne de précision considérée comme optimale (vidéo en accéléré ci-dessous). C’est une complication encore jamais tentée, quelque chose comme le chef-d’œuvre d’une vie vouée aux beaux-arts de la mécanique horlogère et comme une étape marquante dans la maîtrise de l’infiniment précis dans l’infiniment petit…

SICIS : L’art de la mosaïque de verre appliqué à la philosophie contemporaine…

Les « vanités » associées aux objets du temps sont à la mode depuis au moins cinq siècles : elles étaient même, de la Renaissance jusqu’au XVIIe siècle, un exercice obligé de méditation philosophique, avec ce qu’il faut de crânes pour rappeler aux pauvres humains la vanité des choses de ce mort au regard des gouffres insondables de la mort et de la consommation des siècles. Le XXIe siècle n’a pas rompu avec cette tradition, mais c’est pour mieux la rhabiller avec une virtuosité artistique qui cultive les métiers d’art pour mieux sublimer les angoisses métaphysiques. La maison italienne Sicis est spécialiste de la mosaïque de verre, une discipline née près de Venise, à Murano, et qui consiste à créer des tableaux avec de minuscules tesselles de verre coloré. Les arts du feu se conjuguent ainsi avec les arts de la mécanique. Cette nano-mosaïque figurative réclame de vingt à heures de travail par cadran de montre, le mouvement qui anime la pièce étant évidemment Swiss Made, avec parfois une touche de décoration joaillière et précieuse pour compléter l’exclusivité de la montre. Fleurs, animaux et symboles parfois ésotériques revivent ainsi au poignet, avec un style très particulier qui attise la passion des collectionneurs…

TAG HEUER : Des nuits qui sont réchaffées par les platines de David Guetta…

Pour s’offrir un grand coup de jeune et susciter de nouvelles passions générationnelles, la maison TAG Heuer – née en Suisse il y a 160 ans – s’offre un ambassadeur noctambule, David Guetta, dont les beats animent les soirées des plus grandes boîtes de nuit du monde. La Formula 1 qui lui est dédiée joue donc du noir et du bleu nuit, avec un « bracelet de force » (manchette) encore plus impressionnant dans l’esprit tendance. Pour les oiseaux de nuit impénitents, qui clubbent à travers toute la planète, un second fuseau horaire s’impose : il est indiqué par la grande aiguille bleue, le décompte horaire sur vingt-quatre heures situé sur la lunette de la montre précisant bien les heures de jour (bleues) et les heures de nuit (noires) décomptées par cette aiguille. De quoi rester connecté aux rythmes de la planète en attendant la future montre connectée de TAG Heuer, lancée en octobre-novembre prochain.

PERRELET : La fleur babylonienne qui remonte le temps…

Même ceux qui ne connaissent pas grand-chose des montres savent qu’elles sont remontées par une masse oscillante, dont les rotations au centre de la montre apportent au mouvement son énergie. C’est une technique connue depuis la fin du XVIIIe siècle : on doit son invention à l’horloger liégeois Hubert Sarton. Ce rotor dans le mouvement est dédoublé par Perrelet, qui en place un sur le devant du cadran, pour créer une animation assez spectaculaire à chaque mouvement du poignet. Ce rotor a été sculpté comme une fleur sertie de diamants : baptisée Diamond Flower Amytis, la montre rend hommage à la reine Amytis de Médie, la femme de l’empereur babylonien Nabuchodonosor II, qui avait bâti pour elle les jardins suspendus de Babylone, considérés comme une des sept merveilles du monde dans l’Antiquité. La fleur de Perrelet semble effectivement suspendue au-dessus du cadran, sous les aiguilles qui battent la cadence du temps qui passe. Tiens, au fait, c’est bientôt la Fête des Mères ! Cette Amytis sera une excellente occasion de raconter une belle histoire…

JAQUET DROZ : À votre poignet, c’est l’heure de la becquée pour les oisillons…

Le décor du fond, c’est Genève : on reconnaît le fameux Jet d’eau et la silhouette des sommets qui cerne la ville. Au centre du cadran, un coup de chardonnerets (dits Élégants) qui ont fait leur nid dans l’île Rousseau, un minuscule îlot du centre de Genève. Quand on déclenche le mécanisme de cette montre avec le poussoir logé sur le côté gauche du boîtier, huit animations se déclenchent : les oiseaux donnent la becquée à leurs oisillons, les ailes se déploient, l’eau ruisselle et l’œuf éclôt. En version montre-bracelet [on imagine la performance dans la miniaturisation et dans l’infinie précision de la micro-sculpture], c’est un hommage contemporain aux fameux automates figuratifs que Pierre Jaquet Droz vendait aux grands de ce monde à la fin du XVIIIe siècle : il n’y en aura que huit dans le monde entier – et ces montres sont déjà toutes pré-commandées par les collectionneurs…

WITHINGS : La nouvelle montre du président François Hollande…

On soupçonne parfois l’actuel président de la République d’être inactif, sinon inerte. Avec sa nouvelle montre [sa vieille Swatch était devenue une ruine importable], il n’aura plus aucun prétexte : cette Whitings Activité – intelligence française, composants asiatiques, réalisation suisse, valeur ajoutée contemporaine – comporte un « traceur d’activité » : la montre affiche, en plus de l’heure, le pourcentage d’activité (chaque fois que le corps bouge ou marche) en fonction d’un objectif quotidien. Ce traceur permet aussi de se réveiller au moment le plus opportun dans une plage horaire très définie, c’est-à-dire quand le corps sort naturellement d’une phase de sommeil profond. Une montre (presque) Made in France, dont l’Elysée fait désormais un de ses cadeaux officiels préférés. L’histoire a été racontée cette semaine par Business Montres, mais on aimerait bien savoir quel objectif d’activité quotidienne le président Hollande s’est fixé, ainsi que le résultat en pourcentage affiché par la montre en fin de journée…

Lien Business Montres : http://www.businessmontres.com/actualites/withings-withingsactivite-francoishollande-swatch-elysee-withingsactivitepop-madeinfrance-swissmade-francoishollande-fait-confiance-a-withings-pour-sa-nouvelle-montre-connectee

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Lien : http://www.businessmontres.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !