Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé

Atlantico santé

Ménopause : le traitement hormonal à l'origine de cancers du sein, les migraines pourraient être liées à des anomalies du cerveau

Et aussi, grippe aviaire : la souche H7N9, inconnue chez l'homme, tue deux Chinois.

Ménopause : le traitement hormonal à l'origine de cancers du sein

Les femmes subissant un traitement hormonal de la ménopause, à base d’œstrogènes et d’un progestatif, auraient environ 50 % de risques en plus de développer un cancer du sein. Si un lien entre les deux avait déjà été établi, on pensait que cela affectait surtout les tumeurs les moins graves. Ce pourrait être une erreur : cette thérapie faciliterait aussi les formes les plus agressives.

À la ménopause, les ovaires cessent peu à peu la production des hormones sexuelles féminines, les œstrogènes et la progestérone, ce qui se manifeste par des symptômes déplaisants. Pour pallier ces effets secondaires désagréables, les médecins prescrivent à certaines patientes un traitement hormonal substitutif, de manière à maintenir artificiellement les taux d’hormones sexuelles.

Lire la suite sur Futura Sciences

Grippe aviaire : la souche H7N9, inconnue chez l'homme, tue deux Chinois

Deux cas mortels de grippe H7N9 viennent d’être isolés en Chine. Une troisième personne, une femme, serait elle-aussi infectée et dans un état critique. Ce virus, courant chez les oiseaux, n’avait jamais été rencontré chez l’Homme. Il ne semble pas transmissible entre humains mais toutes les questions à son sujet n’ont pas été résolues…

Napoléon Bonaparte aurait déclaré en 1816 depuis l’île de Sainte-Hélène que le jour où la Chine s’éveillera, le monde tremblera. Aujourd’hui, c’est un pathogène microscopique qui suscite l’inquiétude de l’Empire du Milieu. À Shanghai, le virus de la grippe aviaire H7N9 vient de tuer deux hommes au cours du mois dernier. Chose malheureusement originale puisqu’inédite : jamais cette souche n’avait été détectée dans l’espèce humaine.

Lire la suite sur Futura Sciences

Les migraines pourraient être liées à des anomalies du cerveau

Les personnes souffrant de migraines présenteraient des anomalies dans le cerveau. Une étude montre que les régions du cortex liées aux sensations de douleur sont chez elles plus fines et moins larges. Est-ce la cause ou la conséquence de ces maux de tête ? La question reste posée.

Le cortex cérébral est une spécificité des mammifères. Il s’agit d’une couche de neurones composant la surface externe du cerveau, impliquée dans de nombreux processus cognitifs, comme la mémoire, la perception, la pensée, la douleur, le raisonnement, les aptitudes sociales, etc. Chez l’Homme, ce cortex prend une tournure très particulière car à l’étroit dans cette petite boîte crânienne, il forme des plis et des crevasses appelés circonvolutions.

Lire la suite sur Futura Sciences

Les prébiotiques pourraient prévenir l'eczéma chez les bébés

Les prébiotiques, des sucres présents dans le lait maternel et qui contribuent à nourrir notre flore intestinale, pourraient aussi réduire le risque d'eczéma chez les bébés.

Dès notre naissance, de nombreux micro-organismes colonisent notre système digestif. Au fil des années, cette flore intestinale se développe et nous aide à nous maintenir en bonne santé : elle nous défend contre les pathogènes et contribue au mécanisme de digestion. La flore intestinale jouerait également un rôle dans la sensibilité des enfants à certains aliments et allergènes, en régulant leur réponse immunitaire. Cette fonction serait attribuée, en partie, à l’effet du lait maternel sur les microbes intestinaux. En effet, le lait maternel contient des prébiotiques, des ingrédients alimentaires qui exercent une action bénéfique sur la santé, en stimulant la croissance ou l'activité métabolique de certaines bactéries du tube digestif. Une étude, publiée dans The Cochrane Library, s’est intéressée au rôle des prébiotiques dans la sensibilité aux allergies.

Lire la suite sur Futura Sciences

Diabète : la médecine traditionnelle chinoise, un atout complémentaire ?

Les pilules Xiaoke, utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise contre le diabète de type 2, pourraient renforcer l’efficacité des traitements actuels contre cette maladie. Les patients sous médicament antidiabétique qui ont en plus avalé ces comprimés ont connu moins d’épisodes hypoglycémiques.

Bien que la planète soit désormais en proie à une épidémie mondiale de diabète, cette maladie métabolique n’a rien de nouveau. Il y a plus de deux mille ans, les Chinois mélangeaient les plantes pour guérir ce mal, souvent désigné par le terme Xiaoke, associé à différents symptômes, comme une urine sucrée, une soif permanente ou un appétit débordant.

Lire la suite sur Futura Sciences

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.