Législatives 2022 : l’intelligence politique des Français éclate au grand jour sur les réseaux sociaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les résultats des élections législatives et les conséquences politiques du vote ont été très commentés sur les réseaux sociaux.
Les résultats des élections législatives et les conséquences politiques du vote ont été très commentés sur les réseaux sociaux.
©Thibault Camus / POOL / AFP

Politico Scanner

Législatives 2022 : l’intelligence politique des Français éclate au grand jour sur les réseaux sociaux

Grâce au monitoring de Backbone Consulting, Véronique Reille Soult et Victor Boury analysent ce que les internautes ont dit de la campagne des élections législatives et de l'actualité politique sur les réseaux sociaux.

Victor Boury

Victor Boury est directeur général de Backbone Consulting

Voir la bio »

Véronique Reille Soult

Véronique Reille Soult est présidente de BACKBONE consulting

Voir la bio »

C’est une petite révolution politique que les Français ont mené ce dimanche. Contrairement aux leaders d’opinion de la sphère politico-médiatique et aux militants, la grande majorité des Français exprime une réelle satisfaction vis-à-vis de la nouvelle configuration de l’Assemblée Nationale, issue du scrutin du deuxième tour des élections. Avec plus de 1,5 millions de messages entre le 20 et le 23 juin, les Français qui s’expriment sur les réseaux sociaux se réjouissent majoritairement des résultats du scrutin, y compris ceux qui se sont abstenus !

Les motifs de satisfaction sont nombreux pour les internautes.

Le premier est l’arrivée de nouveaux profils de députés, souvent issus des Nupes ou des RN. Notamment des jeunes ou des représentants des « invisibles », à l’instar de celle, très médiatisée, de Rachel Kéké portant la voix des femmes de ménage. On peut en déduire que les Français nourrissent l’envie d’une Assemblée nationale qui leur ressemble. Qu’ils ont souffert d’une forme de déconnexion entre leurs préoccupations et les positions de leurs représentants, qu’ils jugeaient souvent hors sol et loin de la « vraie vie ». Ces nouveaux profils répondent donc à une attente, voire à une forte envie, de députés qui soient vraiment porteurs de leurs messages.

Contrairement aux élections précédentes, une forme d’équilibre « proportionnel » dans les mentions, du scrutin comme des partis, dans l’opinion en ligne.

La deuxième source de satisfaction est la représentation de toutes les idées et de tous les partis sur les sièges de l’Assemblée. « Enfin nous sommes représentés ! Il était temps », « cette Assemblée va enfin ressembler à la France ». En filigrane, se lit le sentiment que l’Assemblée telle que précédemment constituée ne les représentait pas et que la configuration des groupes n’était que des manipulations politiques. L’arrivée des 89 députés RN a toutefois éveillé des craintes, voire une certaine colère. Après le choc de la surprise, les internautes ont cherché les responsables de ce score et il ressort de l’analyse des interactions qu’ils en rejettent régulièrement la faute sur le Président qui aurait réussi « l'exploit de multiplier par 10 le nombre de députés d'extrême droite, par simple trouille de la cohabitation ».

L’expression de l’opinion à travers des emojis majoritairement positifs et symboles… d’une volonté d’expression populaire et démocratique.

Enfin, la troisième source de satisfaction émerge comme étant la plus forte. Il s’agit de la possibilité nouvelle de débats, qui découle de la fin de la majorité absolue du dernier quinquennat, perçue comme l’expression d’un pouvoir vertical et « jupitérien ». C’est ainsi que l’on lit : « Il va falloir débattre », « Jupiter sera enfin obligé de négocier », « On va enfin obtenir des compromis ». Les internautesse réjouissent ainsi majoritairement de la situation, qu’ils trouvent saine et étant le juste reflet de la France. Une représentation qui pourrait s’appuyer sur une intelligence collective plus forte et constructive que les « petits arrangements » associés à l’histoire de la Ve République : « Vivement qu’ils débattent ! On verra la force des arguments ! »

Ces réactions ne sont pas le reflet d’un front anti-Macron mais celui d’un front qui rejette l’idée d’un pouvoir absolu et de réformes perçues comme imposées. Les Français formulent ainsi le souhait que ce soit le peuple qui décide à travers sa représentation nationale. Ils ne veulent plus qu’on leur dicte des choix, ils veulent y participer. Ils souhaitent des débats pour aboutir à des compromis, clés d’un réel « vivre ensemble ».

Une variété de hashtags représentative du souhait de diversité des conversations et des débats.

Le premier bénéfice attendu sur les débats et échanges à venir est qu’il ne sera plus nécessaire de descendre dans la rue pour faire entendre la voix du peuple. C’est au sein de l’Assemblée nationale que les opinions et points de vue variés s’exprimeront. Les Français font donc confiance au bon sens et au pragmatisme ! Finalement, et malgré le taux d’abstention, ils ont donné un nouveau visage au pouvoir législatif et s’en réjouissent aujourd’hui. La menace d’une situation ingouvernable trouve à leurs yeux apaisement dans une configuration qui leur ressemble et qui ne peut donc mener qu’à des compromis intelligents.

BACKBONE consulting

Cabinet de conseil aux dirigeants, expert de l’écoute et de l’analyse de l’opinion et de la communication de crise

https://backbone.consulting

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !