Le populisme économique ne permet pas de redresser un pays qui va mal | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'incapacité de François Hollande et de ses gouvernements à apporter des solutions aux problèmes du terrorisme islamiste et de l'immigration expliquent pour l’essentiel ce vote.
L'incapacité de François Hollande et de ses gouvernements à apporter des solutions aux problèmes du terrorisme islamiste et de l'immigration expliquent pour l’essentiel ce vote.
©Reuters

Revue d'analyses financières

Le populisme économique ne permet pas de redresser un pays qui va mal

La seule chose que l’on peut espérer est que le gouvernement comprendra que ce n’est pas quand un pays se droitise qu’il faut mettre encore plus le cap à gauche et décourager un peu plus les entrepreneurs…

Jean-Jacques Netter

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio »

L'application stricte de l'actuel programme économique du Front National donnerait dans les grandes lignes, le même résultat que celui qui s'est produit en Argentine, au Venezuela et même à Cuba. L'étatisme-économico-protectionniste n'a produit dans ces pays que de l'inflation, de la pénurie de biens de consommation et une baisse importante de l'activité. Pourtant cette analyse du programme économique du Front National a été totalement absente de la campagne électorale. Il est donc étonnant qu’au moment où l’on assiste à la défaite en Argentine du péronisme populiste des Kirchner à l’effondrement de l’économie marxiste populiste vénézuélienne de Monsieur Chavez et bien sûr à la capitulation économique de Cuba par le frère de Fidel Castro, les électeurs français fassent du FN le premier parti de France…

Malheureusement, le populisme ne se développe pas qu’en France. Le même phénomène se produit ailleurs avec notamment Donald Trump aux Etats Unis et Viktor Orban en Hongrie….

L'incapacité de François Hollande et de ses gouvernements à apporter des solutions aux problèmes du terrorisme islamiste et de l'immigration expliquent pour l’essentiel ce vote. Le débat politique ayant balayé les enjeux économiques, cela conforte paradoxalement la position du Président de la République. A gauche les modérés l’emportent largement sur la gauche dure. A droite ce sont les durs qui arrivent en tête avec les modérés de la droite classique qui mordent la poussière. Il n'y a donc aucune raison pour lui de changer quoi que ce soit dans la composition du gouvernement et surtout dans sa politique…

La réalité économique triste en France n'a pas disparu pendant la campagne électorale. Les créations d'emplois sont toujours trop faibles pour faire baisser le chômage. D'ailleurs, la création d'emploi marchand, la seule qui compte, a connu un coup d'arrêt au troisième trimestre. L’agence de notation Standard&Poor maintient la note de la dette française, mais avec une perspective négative, ce qui obligera la France à remonter ses taux d’intérêts.

La seule chose que l’on peut espérer est que le gouvernement comprendra que ce n’est pas quand un pays se droitise qu’il faut mettre encore plus le cap à gauche et décourager un peu plus les entrepreneurs…

En Allemagne, les carnets de commande sont en hausse de 1,8% en octobre par rapport au mois dernier. Cela résulte d’une demande qui provient pour l'essentiel de l’Europe.

La production industrielle progresse de  + 0,2% et même si l'excédent courant a baissé en octobre  la tendance à la hausse reste forte. Le premier client de l'Allemagne n’est plus la France mais les Etats-Unis.

L'Europe du nord sans l'Euro va beaucoup mieux que l'Europe du sud

La Suède  est la championne de la croissance des pays nordiques. La Norvège résiste bien malgré la baisse du prix du pétrole. La Grande Bretagne va globalement bien. Il faudra bien, un jour, que les économistes nous expliquent pourquoi les pays qui  ne sont pas dans l’Euro ont des performances économiques bien meilleures que les pays, en dehors de l'Allemagne, qui s’y trouvent.

En Espagne, la production industrielle est en légère progression mais les séquelles de la crise sont loin d’être toutes refermées. Abengoa, le fleuron espagnol des énergies vertes est au bord du gouffre. Cela pourrait devenir la plus importante faillite de l’histoire de l'Espagne.

En Italie quatre banques régionales ont fait faillite : Banca Etruria, Banca Marche, CariChieti, Cassa di Ferrara. Les quatre établissements ont été regroupés dans une nouvelle structure avec le passif viré dans une « bad bank ». Le montant perdu par les clients et les actionnaires s'élève à 790 M€….

Le risque de contagion sur le Hi Yield existe

Aux Etats-Unis, les taux d'intérêts sont proches de zéro depuis le début de la crise financière en 2008. Ils vont être relevés par la Fed dans un environnement où la croissance du crédit est toujours forte.

Il faut observer de près le marché des obligations à haut rendement. L'indice Merrill Lynch US High Yield est en baisse de -3,4% depuis le début de l'année. Cela s'explique par le défaut de nombreuses sociétés pétrolières confrontées à la baisse du prix du pétrole, au moment où elles doivent rembourser la dette qui a été contractée. Il y a un vrai risque de contagion.

Les mega fusions continuent

La fusion entre DuPont et Dow Chemical sera la plus grande de l’industrie chimique avec un groupe pesant 130Md$ de capitalisation boursière. Après Pfzier +Allergan (160Md$) et AB InBev + SABMiller (121Md$) ces opérations doivent beaucoup à la facilité des conditions de financement.  Elle devrait donner naissance à trois sociétés : l'une spécialisée dans les produits destinés à l'agriculture, l'autre sur la chimie fine et la troisième sur les plastiques et autres matériaux.

Dans le secteur des matières premières, on voit que Anglo American va ramener le nombre de sites en exploitation de 55 à 25 et supprimer jusqu’à 60% de ses effectifs. Freeport McMoran va réduire considérablement ses investissements et Glencore va procéder à des ventes d’actifs très importantes. La fermeture de capacités de production va donc accélérer en 2016, ce qui devrait entraîner des opérations de fusion très importantes. C’est au moment où elles se produiront que l'on pourra penser que l'on atteint le plus bas.

Le prix du baril de pétrole est au plus bas depuis février 2009. La décision de l’OPEP de ne pas réduire la production au moment où la demande chinoise ralentit

La tempête souffle sur le monde des Hedge Funds

Les performances de certains grands Hedge Funds depuis le début de l’année sont très mauvaises.Pershing Square de Bill Ackmann chute de - 20% suite à sa position dans le groupe pharmaceutique Valeant. Greenlight Capital géré par David Einhorn est en baisse de -15% depuis le début de l'année.

Fortress Investment géré par M Novogratz a fermé après 17,5% de baisse.

Imité par Bluecrest, Bain Capital, Comac Capital et Everest Capital.

Parmi les très bonnes performances figurent Landsdowne European Equity Fund en hausse  de 27% et Marshall Wace Tops Market Neutral en hausse de  +16%

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !