Cartographier utile sur le web | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
wheelmap (ou carte des roues) est l'exemple type de la carte sociale partie d'un besoin individuel, et d'utilité collective...
wheelmap (ou carte des roues) est l'exemple type de la carte sociale partie d'un besoin individuel, et d'utilité collective...
©DR

La minute Tech

Cartographier utile sur le web

Dans le monde entier, la cartographie en ligne prend un tour social. Là où nous cherchons le resto ou la station de vélib la plus proche, les activistes et associations appellent à la collaboration pour géolocaliser des informations sur une carte, pour plus de lisibilité et d'impact.

Le monde de l'action sociale s'organise aujourd'hui en cartes, qui prennent un essor sans précédent sur le web par des outils simples (Google Maps, Ushahidi, Openstreetmap, Crowdmap, pour les outils libres et gratuits) : la cartographie collaborative qui permet de 'nourrir' des cartes en ligne par des couches d'informations envoyées par des particuliers ou des associations, non pour se situer dans l'espace ou attirer des clients ou amis vers son activité, mais pour visualiser les données, lieux, et importance d'un problème, en général social. Trois exemples qui ont du succès.

Wheelmap

wheelmap (ou carte des roues) est l'exemple type de la carte sociale partie d'un besoin individuel, et d'utilité collective : "Où aller dans un fauteuil roulant ?" Raoul Krauthausen, handicapé et résidant à Berlin, cherchait à repérer les lieux vraiment accessibles avec son fauteuil roulant, sans consulter des dizaines de sites de lieux souvent muets sur le sujet, ou portant la vague mention "Accès handicapés". Ou encore, s'il pouvait se rendre dans des lieux qui n'ont ni sites, ni parfois d'adresses (concerts, fêtes), pour savoir si une marche d'accès supérieure à 7 cm allait bloquer son fauteuil.

Grâce à lui et à une association, Wheelmap était née (vidéo), avec un appel à tous les internautes, concernés ou non : collaborez, notez vous aussi les lieux pour que les informations servent à d'autres, depuis le web, sur un fond de cartes géographiques librement téléchargeable et annotable par tous (Openstreetmap), puis, un peu plus tard, via les nouvelles applications sur mobile. Nous en sommes aujourd'hui à 235 269 annotations de lieu, qui facilitent vraiment au quotidien les déplacements des personnes handicapées, avec une signalétique très simple : feu vert, orange, ou vert question accessibilité. Surtout européenne, la Wheelmap commence à se peupler au Moyen-Orient (hôtels de Hurghada) et sur la côte Ouest des États-Unis. A Paris, elle est déjà très riche. Quelques secondes suffisent pour "noter"l'accessibilité d'un nouveau lieu et le géolocaliser avec l'application mobile .

vidéo : 1 mn sur Wheelmap (en anglais, ou activer les sous-titres)


Harassmap : la carte du harcèlement sexuel au Caire

Une carte en ligne peut aussi cristalliser un problème social beaucoup plus flou : Harassmap ( version française) est une carte collaborative égyptienne lancée voici près d'un an dans l'élan de la révolution de la place Tahrir, pour tenter de visualiser des preuves d'un énorme problème, le harcèlement sexuel, ce mot recouvrant pour cette carte une très large "gamme" de problèmes, depuis des attitudes inopportunes dans la rue jusqu'au viol (voir caractérisation des signalements dans la colonne de droite). Il ne s'agit pas de la première initiative contre le harcèlement et les abus sexuels en Egypte : depuis la moitié des années 2000, des militantes font sans cesse campagne sur les blogs et les réseaux sociaux contre ce harcèlement omniprésent qui s'abat sur toutes les femmes, même très voilée.

Sur cette carte, il leur est demandé de signaler non pas le harceleur ou son nom, mais le lieu, l'heure, les circonstances, le type d'agression, en laissant un message sur le site, ou en envoyant un SMS à un numéro spécial, ou un tweet à @harassamp (exemples des signalements en anglais et en arabe envoyés au site). Les signalements au Caire se concentrent sur et autour de la place Tahrir (284 signalements). C'est aussi là que des manifestantes contre le harcèlement sexuel ont été violemment agressées samedi 10 juin. Le site offre aussi des informations sur où et comment déposer plainte et des conseils. Une carte collaborative qui ne souhaitait, dans un premier temps, qu'informer les Égyptiennes sur les rues les plus sûres par la collaboration est devenue le répertoire d'un vaste problème social, et maintenant politique. 

 

Cartographier les urgences humanitaires

Les cartes ont également envahi le secteur humanitaire et associatif, souvent pour illustrer auprès des bailleurs de fonds, des experts ou des autorités des problèmes extrêmement concrets : Stopstockout (stop aux ruptures de stock) a par exemple cartographié les pénuries locales de médicaments en Afrique de l'Est et australe durant une année de pénuries aiguës. Les pharmaciens, médecins et humanitaires peuvent informer la carte d'un simple SMS envoyé à un numéro spécial pour que leur demande de médicaments apparaîsse sur la carte. Les laboratoires et ministères peuvent ainsi repérer, et parfois admettre, les ruptures de stock.

Très simple d'utilisation et peu chère (coût d'un SMS ou un numéro spécial gratuit) ce système a été repris par de nombreux pays en développement pour centraliser les informations médicales et humanitaires sur une seule plateforme, au long cours, ou durant une crise. Les militants des droits humains utilisent également les cartes pour faire passer leur message à travers les informations collectées sur le terrain, comme cette association qui suit la situation en Birmanie

 

L'application-prévention

Une nouvelle forme d'information et de prévention succède à la carte - ou est couplée avec elle : l'application-prévention. A Singapour, les services de santé publique proposent l'application, X-dengue pour être averti par SMS, si le mobile autorise la géolocalisation, de l'entrée dans une zone où la présence de dengue, fièvre transmise par les moustiques, a été constatée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !