Les Français sont-ils vraiment intéressés par la campagne ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les Français sont-ils vraiment intéressés par la campagne ?
©

« Politico Scanner »

Les Français sont-ils vraiment intéressés par la campagne ?

A une dizaine de jours du premier tour, tous les indicateurs laissent présager une faible participation au scrutin. Le faible intérêt pour la campagne n'a pas varié depuis le début d'année.

 Ifop

Ifop

L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.

Voir la bio »

A deux semaines du premier tour, l’intérêt pour la campagne présidentielle enregistre son niveau le plus faible depuis le début du rolling : 67% (-2 points) des Français se déclarent intéressés par l’actualité autour de la campagne.

L’intérêt chute de 6 points auprès des hommes (68%), des personnes de plus de 65 ans (75%) et des habitants de l’agglomération parisienne (65%). Les cadres et professions libérales supérieures affichent un intérêt en recul de 21 points (55%, après la hausse de 10 points enregistrée la semaine dernière). Les sympathisants d’Europe Ecologie-Les Verts expriment un intérêt en baisse de 5 points (69%), alors que les autres sympathisants, de droite comme de gauche, manifestent un intérêt relativement stable.

Seuls quelques segments de la population font exception à cette tendance générale à la baisse : les jeunes de 25 à 34 ans (66%, +3 points), les professions intermédiaires (65%, +6 points) et les ouvriers (64%, +3 points) affichent un intérêt en hausse.

L’intérêt pour la campagne présidentielle

A un mois du scrutin, un niveau d’intérêt (mesuré à l’aune des conversations des Français) assez bas pour une élection présidentielle… laissant présager une abstention importante

Question : Pour chacun des sujets suivants, dites-moi s’il a animé cette semaine vos conversations avec vos proches, chez vous ou au travail ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

La place accordée à l’élection présidentielle dans les conversations des Français est en recul par rapport à 2007, et ce depuis la fin de l’année dernière.

Question : La campagne présidentielle a-t-elle animé cette semaine vos conversations avec vos proches, chez vous ou au travail ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

L’intérêt pour l’actualité autour de la présidentielle progresse très peu en fin de campagne, gagnant 4 points par rapport à mars 2012. Il se situe à 9 points en dessous de l'intérêt pour la campagne de 2007. Pourtant, sept mois avant le premier tour, l'intérêt pour la future élection était équivalent en 2007 et 2012.

Question : Diriez-vous que vous êtes très, assez, peu ou pas du tout intéressé par l'actualité autour de la campagne présidentielle ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Dans le détail, très peu d’annonces ou de faits se rapportant à la campagne ont marqué les esprits et nourri les conversations. Il est vrai que les suites de la tuerie de Toulouse ont continué d’intéresser une part importante des Français. En effet, 59% d’entre eux ont évoqué la polémique relative à la surveillance de Mohamed Merah après ses voyages en Afghanistan et au Pakistan, soit un score très proche de celui mesuré une semaine auparavant (61%). Par ailleurs, 56% des interviewés ont abordé dans leurs conversations avec des proches les arrestations d’islamistes présumés à Toulouse et dans d’autres régions. Ce dernier sujet a davantage été mentionné par les proches de la droite (71%) que par ceux de la gauche (51%).

Question : Pour chacun des sujets suivants, dites-moi s’il a animé cette semaine vos conversations avec vos proches, chez vous ou au travail ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les propositions faites par les candidats n’ont guère marqué les esprits : 27% ont évoqué celle de Marine Le Pen de dissoudre l’Union des Organisations Islamiques de France, 23% ont discuté avec leurs proches de l’initiative prise par Nicolas Dupont-Aignan d’organiser un débat entre les 10 candidats avant le premier tour, et encore moins (19%) ont abordé le mea culpa d’Eva Joly qui a regretté de n’avoir pas davantage su porter le message écologique dans la campagne.

L’indice de participation au premier tour de l’élection présidentielle de 2012

L’évolution de l’abstention au premier tour de l’élection présidentielle en France sous la Cinquième République : vers un nouveau record après 2002 ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

L’évolution de l’indice de participation au premier tour de l’élection présidentielle. Après une campagne 2007 marquée par un fort taux de participation, dû à la dynamique engagée par les deux primo-candidats et la crainte d'un nouveau 21 avril 2002, celle de 2012 pourrait atteindre un taux d'abstention record.

Question : J’aimerais mesurer la probabilité que vous alliez voter au premier tour de la prochaine élection présidentielle qui aura lieu le 22 avril prochain. A partir d’une échelle allant de 1 à 10, 10 signifiant qu’une personne est tout à fait certaine d’aller voter, et 1 qu’une personne est tout à fait certaine de ne pas aller voter, pouvez-vous me dire où vous vous situez personnellement sur une telle échelle aujourd’hui ? (Base : question posée uniquement aux personnes inscrites sur les listes électorales)

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

(1) Étude Ifop pour le Journal du Dimanche réalisée par téléphone du 15 au 16 mars 2012 auprès d’un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
(2) Étude Ifop pour le Journal du Dimanche réalisée par téléphone du 29 au 30 mars 2012 auprès d’un échantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

L’indice de participation au premier tour de l’élection présidentielle selon le sexe et l’âge de la personne interrogée : des jeunes nettement plus tentés par l’abstention...

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

… tout comme les ouvriers et les employés

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)


L’indice de participation au premier tour de l’élection présidentielle selon la proximité partisane de la personne interrogée : une abstention qui pourrait toucher tant l’électorat de l’UMP que celui du PS, le FN peinant encore davantage à mobiliser

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !