La France et l'Italie veulent réviser Schengen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La France et l'Italie 
veulent réviser Schengen
©

Frontières

La France et l'Italie veulent réviser Schengen

Immigration, économie, Libye... Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi ont aplani leurs divergences.

[Le 26/04 à 15h45]

Une lettre conjointe franco-italienne sera envoyée au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Ils demanderont à l'Union européenne d'"examiner la possibilité de rétablir temporairement le contrôle aux frontières intérieures."

[Le 26/04 à 12h]

Lactalis a officiellement émis ce mardi matin une offre publique d'achat de 3,375 milliards d'euros sur Parmalat. L'annonce semble avoir surpris les Italiens, qui avaient pris des dispositions pour retarder - et mieux contrer - cette initiative.

Le groupe laitier français détient déjà 29% de l'entreprise italienne. Si cette OPA aboutissait, elle donnerait naissance au leader mondial du secteur.  

[Le 26/04]

Resserrer les liens franco-italiens et afficher une cordiale entente sur les principaux points de discorde entre les deux pays. Tel est l'objectif du sommet qui se tient ce mardi entre Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi à Rome.

Le sujet le plus épineux concerne l'immigration illégale, et le "tsunami humain" (dixit Silvio Berlusconi) lié à l'arrivée de quelques 25 000 ressortissants tunisiens sur l'île italienne de Lampedusa. France et Italie réclament une remise à plat du traité de Schengen qui prévoit la libre circulation des personnes au sein de l'UE, mais les modalités de révision diffèrent. Paris et Rome pourraient toutefois s'accorder sur une proposition commune à soumettre à leurs partenaires européens.

Autre point de discorde dans les relations transalpines : l'intervention en Libye. L'initiative avait d'abord froissé l'Italie mais - signe d'apaisement - Silvio Berlusconi a indiqué que ses forces armées allaient participer aux bombardements pour protéger les civils.

Les sujets commerciaux seront également au menu des discussions, notamment le possible rachat de l'italien Parmalat par le français Lactalis qui a revigoré le patriotisme économique romain après l'acquisition de Bulgari par LVMH.

 

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !