Rentrée de la Cour des comptes : Didier Migaud appelle à réformer "sans retard" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Rentrée de la Cour des comptes : Didier Migaud appelle à réformer "sans retard"
©

Déficit public

Rentrée de la Cour des comptes : Didier Migaud appelle à réformer "sans retard"

Le poids de la dette publique devrait encore augmenter selon la Cour des comptes

L'amélioration des finances publiques ne doit pas "faire illusion" a déclaré Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes lors de l'audience solennelle de rentrée en présence d'Emmanuel Macron. Concernant la réduction des déficits, il a ajouté que les "conditions pour atteindre les objectifs" du gouvernement en la matière sont "nombreuses et loin d'être acquises".

Le déficit budgétaire a pourtant atteint son niveau le plus bas depuis 2008, à savoir 67,8 milliards d'euros, c'est 1,3 milliards de moins qu'en 2017. Une réduction qui s'explique notamment par la hausse des rentrées fiscales et l'accélération de la croissance. Concernant le déficit des administrations publiques, il va repasser sous la barre des 3% de PIB pour l'année 2017, une première depuis 10 ans. Toutefois, ces bonnes nouvelles sont à nuancer selon le Premier président pour qui, "cela ne suffit pas".

Pour réduire le déficit de la France et respecter les objectifs fixés par le gouvernement, Didier Migaud demande des "réformes d'ampleur structurelle" qui "devront être mises en œuvre sans retard". Il précise :  "Même avec un déficit ramené sous la barre des 3%, la France continue toutefois de présenter une situation financière plus dégradée que celle de la quasi-totalité de ses partenaires de la zone euro".

Le Premier président de la Cour des comptes rappelle aussi que, pour 2018, le budget "ne prévoit qu'un recul faible du déficit, et le poids de la dette publique devrait encore légèrement augmenter".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !