Le recul de Sarkozy reste relatif par rapport aux résultats électoraux des partis au pouvoir en Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le recul de Sarkozy reste relatif par rapport aux résultats électoraux des partis au pouvoir en Europe
©

Pas si mal

Le recul de Sarkozy reste relatif par rapport aux résultats électoraux des partis au pouvoir en Europe

En Espagne, au Portugal et au Royaume-Uni, les partis socialistes et travaillistes ont perdu bien plus de voix que le président candidat.

Dans un éditorial pour le quotidien Les Echos, Jean-Francis Pécresse attire l’attention sur le fait que Nicolas Sarkozy, « avec 27,2% des suffrages exprimés, a offert une relative résistance au choc d’une élection de crise ayant pris, de surcroît, l’allure d’un référendum personnel ».

Il relève que le président candidat a perdu 1,7 millions de voix entre le premier tour 2007 et le premier tour 2012, et qu’il a subi des reculs notables chez tous les soutiens sociologiques de la droite (retraités, artisans, commerçants, chefs d’entreprise). La géographie des résultats est aussi plutôt défavorable à Nicolas Sarkozy, notamment dans ses bastions. Il recule par exemple dans plusieurs grandes villes, comme Marseille, Nice, Toulon.

Mais Jean-Francis Pécresse remarque que « ce revers infligé à Nicolas Sarkozy est moins ample que la droite ne pouvait le craindre, compte tenu du contexte économique et de la configuration politique de ce scrutin ». Car il compare cette élection aux suffrages dans d’autres pays d’Europe, en remarquant que « la sanction réservée (…) à Nicolas Sarkozy apparait moins sévère » que celle infligée aux autres partis au pouvoir.

Par exemple, en Espagne, aux élections générales de novembre 2011, le Parti socialiste au pouvoir a subi un recul de 15 points pour tomber à moins de 29%. De même, le Premier ministre socialiste portugais avait reculé de 8 points six mois plus tôt, ce qui lui a coûté son poste. En mai 2010, le parti travailliste britannique a perdu 6 points et a dû céder sa place aux conservateurs.

« Dans aucun de ces pays, le choix de l'alternance n'a pris la forme d'une vague électorale, plutôt celle d'un vote par dépit », note Jean-Francis Pécresse. « Publié dimanche soir, un sondage Harris Interactive montre que seuls la moitié des électeurs de François Hollande (49 %) auraient voté pour lui par « adhésion » (contre 58 % pour Nicolas Sarkozy). La résilience notable du chef de l'Etat ne constitue sans doute pas un socle assez solide pour espérer l'emporter le 6 mai. Mais, dans ce cas, il serait moins victime d'une vague rose que d'une extrême droite à visage populiste revenue, en proportion des suffrages exprimés, à son niveau de 2002. »

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !