Professions réglementées : le détail des propositions de l'Inspection générale des finances | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Professions réglementées : le détail des propositions de l'Inspection générale des finances
©

Ce qui se trame en coulisses

Professions réglementées : le détail des propositions de l'Inspection générale des finances

Le "Journal du dimanche" révèle les principales pistes de Bercy qui devraient bouleverser le monde des professionnels de la santé.

Arnaud Montebourg en a fait son objectif. C'est SON projet de loi. Le ministre de l'Economie a annoncé dans son "discours pour le redressement de l'économie" sa volonté de s'attaquer aux professions réglementées. Et sur ce dossier il veut aller vite puisque le texte devrait être présenté au mois d'octobre. Dès lors, l'Inspection générale des finances (IGF) s'est penchée sur la question et a pondu un rapport. Après les premières révélations des Échos ce lundi sur ce fameux rapport, c'est au tour du Journal du dimanche de dévoiler ce qu'il se trame en coulisses à Bercy. En effet, l'hebdomadaire a mis la main sur  l'intégralité du rapport confidentiel sur ces professions réglementées. Le journal révèle donc  que l'ensemble des professions libérales, excepté "les médecins qui resteraient à l'écart du changement", sont visées par les grands bouleversements prévus par Bercy.

Par exemple l'IGF préconise de rendre "plus aisée la prescription de lunettes correctrices" aux opticiens. Une mesure qui permettrait de lutter contre la pénurie d'ophtalmologistes dans l'Hexagone, mais ferait perdre à ces derniers leur monopole sur les lunettes. "Nous ne sommes pas contre la délégation de tâches, mais à condition qu'elle soit dirigée vers les orthoptistes, qui, contrairement aux opticiens, ne sont pas des commerçants. La mesure a été testée cette année par le ministère de la Santé", commente au JDD Jean-Bernard Rottier, président du Syndicat national des ophtalmologistes de France.

Les dentistes sont aussi dans le viseur de l'IGF, et plus particulièrement "leur rôle d'intermédiaire dans la vente aux patients de prothèses dentaires", dont les prix explosent par ailleurs. Ainsi, l'IGF propose d'après le JDD de "réglementer le tarif de l'acte de conseil pour une prothèse", mais aussi l'"achat de la prothèse directement auprès du prothésiste par le patient" ou la "communication au patient du prix d'achat" de l'objet.

Autres propositions de l'IGF : "la délégation de certains actes complémentaires aux infirmiers", notamment le renouvellement des "prescriptions de médicaments contre la douleur", ce qui baisserait grandement les coûts de l'assurance maladie. Quant aux vétérinaires, ils devraient perdre leur droit de vendre des médicaments, pour éviter un "mauvais fonctionnement du marché, voire une entente anticoncurrentielle" et des "prix excessifs". 

Un véritable big bang du monde de la santé qui ne passe pas auprès des professionnels.  Toujours dans le JDD, le président de l'UNAPL (Union nationale des professions libérales), Michel Chassang, déclare préparer "un vaste mouvement de protestation pour la rentrée", ajoutant que "les professions réglementées représentent 650.000 personnes en France qui offrent des emplois non délocalisables". Le  président de l'UNAPL reconnait toutefois que "des évolutions sont nécessaires", mais "il faut en discuter calmement, point par point".

lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !