Policiers brûlés à Viry-Châtillon : trois condamnés décident de se pourvoir en cassation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
La police monte la garde près d'un véhicule de police incendié et d'une camionnette à Viry-Chatillon le 8 octobre 2016 après que des policiers dans leur voiture de patrouille ont été attaqués par des individus qui ont lancé des cocktails Molotov.
La police monte la garde près d'un véhicule de police incendié et d'une camionnette à Viry-Chatillon le 8 octobre 2016 après que des policiers dans leur voiture de patrouille ont été attaqués par des individus qui ont lancé des cocktails Molotov.
©THOMAS SAMSON / AFP

Justice

Policiers brûlés à Viry-Châtillon : trois condamnés décident de se pourvoir en cassation

Trois des condamnés lors du procès en appel des policiers brûlés à Viry-Châtillon ont déposé un pourvoi en cassation, selon des informations d'Europe 1. Il s'agit de trois individus condamnés à 18 ans de réclusion criminelle.

Trois hommes condamnés ce dimanche à 18 ans de prison après avoir été reconnus coupables de tentative de meurtre contre des policiers à Viry-Châtillon en 2016 se sont pourvus en cassation, a appris l'AFP auprès de leurs avocats, confirmant une information d'Europe 1.

Au terme de six semaines de procès à huis clos, la cour d'assises des mineurs de Paris a condamné ce dimanche cinq jeunes hommes pour avoir attaqué et brûlé des policiers à Viry-Châtillon en 2016. Trois d'entre eux ont écopé de 18 ans de réclusion. Les huit autres accusés ont été acquittés.

Ce verdict a été dénoncé par les syndicats de policiers, les avocats des victimes et une partie de la classe politique comme trop clément. Plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés mardi devant les tribunaux de différentes villes de France. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé qu'il recevrait samedi les policiers blessés en 2016 mais a fait valoir qu'il « ne souten(ait) pas les manifestations devant les institutions ».

Les condamnés avaient cinq jours après le prononcé du verdict pour se pourvoir en cassation.

La cour de cassation se prononce uniquement sur le droit et sur la régularité de l’arrêt rendu par la cour d’appel de Paris. Soit l’arrêt de la cour d’appel est validé, et le verdict est définitif, soit l’arrêt est cassé et il faudra refaire un procès en appel.

A lire aussi : Viry-Châtillon: l’enquête policière mise en cause, les procès verbaux des auditions de certains accusés auraient été tronqués

Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !