Plan d’économies : des députés PS proposent une alternative au projet de Valls | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Plan d’économies : des députés PS proposent une alternative au projet de Valls
©

Contre-proposition

Plan d’économies : des députés PS proposent une alternative au projet de Valls

Selon Le Monde de ce lundi, ceux-ci ont imaginé trois scénarios de réduction du déficit qui épargneraient les ménages aux revenus moyens et modestes.

Depuis sa nomination à Matignon, Manuel Valls doit composer avec la fronde de certains députés socialistes. L’annonce de son plan d’économies n’a pas fait taire les critiques qui montent à son encontre de l’aile gauche de la gauche. Pire, elles ont semblent-ils creuser un fossé encore plus grand. De là, à parler de rupture ou de scission chez les socialistes ? Pas encore. Même si certains n’hésitent pas à monter au front. Ainsi, selon Le Monde de ce lundi, plusieurs députés PS ont élaboré au cours du week-end trois scénarios alternatifs au plan d'économies de 50 milliards d'euros proposé par Manuel Valls pour tenter de rassembler la majorité avant le vote du programme de stabilité à l'Assemblée nationale prévu le 29 avril.

Ces pistes seront présentées mardi au Premier ministre par le chef de file des députés PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, et la nouvelle rapporteur générale du budget, Valérie Rabault, précise le quotidien. Dévoilé la semaine dernière, le plan de réduction de la dépense publique sur la période 2015-2017 est critiqué par une partie du groupe socialiste qui s'oppose, entre autres, au gel de la majorité des prestations sociales jusqu'en octobre 2015 et au gel du point d'indice de la fonction publique. 

Au lendemain de la présentation de la stratégie budgétaire du gouvernement, onze députés socialistes avaient ouvert les hostilités en écrivant à Manuel Valls pour l'exhorter à limiter le plan à 35 milliards d'euros d'économies. Face à cette fronde qui menace l'issue du vote, plusieurs députés PS, membres de la commission des finances, ont donc mis en place des contre-propositions.

Pour ces députés, "le pouvoir d'achat des Français a déjà été touché par les efforts budgétaires, il n'est pas possible de demander plus", comme l'indique une note rédigée par la députée des Hautes-Alpes Karine Berger et citée par Le Monde. "Les ménages aux revenus moyens et modestes ont déjà participé aux efforts de redressement budgétaire" note ce groupe de travail qui refuse dès lors de leur infliger "un nouveau choc de pouvoir d'achat".  "Il y a des oppositions très claires. L'objectif est de trouver un point d'équilibre entre l'exécutif et la majorité" explique au Monde Valérie Rabault. En clair, ces élus socialistes envisagent "une autre trajectoire d'économies".

S'il ne remettent pas en cause l'objectif de réduction de déficit public sous la barre des 3% du PIB ni le cadre des 50 milliards d'euros, lces députés souhaitent éviter le gel du point d'indice de la fonction publique qui "ne permet pas de dégager des économies structurelles" ainsi que le gel des prestations sociales. Il écarte également toute "hausse supplémentaire du taux effectif de prélèvements obligatoires entre 2015 et 2017".

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !