Sarkozy assure qu'il arrêtera la politique en cas de défaite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Sarkozy assure qu'il arrêtera la politique en cas de défaite
©

Opération reconquête

Sarkozy assure qu'il arrêtera la politique en cas de défaite

Sur RMC et BFMTV, le président-candidat affirme également que la formation professionnelle "sera la grande réforme de (son) quinquennat".

Nicolas Sarkozy poursuit son opération de reconquête de l'électorat. Après son passage dans l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2, il était l'invité ce jeudi matin de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC et BFMTV.

Une interview largement consacrée au thème de la formation professionnelle. "Ce sera la grande réforme de mon quinquennat si je suis élu", a promis le président-candidat. "Nous allons créer un comité national de la formation professionnelle" qui "identifiera les formations qui mènent à un emploi", a-t-il précisé. Ce sont ces formations que les chômeurs ne parvenant pas à trouver un emploi seront obligés d'accepter. "Toute personne qui n'a pas l'espérance de trouver un emploi devra se former", a réaffirmé Nicolas Sarkozy. De la même manière, elle sera "obligée" d'accepter le premier emploi disponible à l'issue de cette formation. 

Il a également promis une "meilleure gestion" du RSA, avec une évaluation tous les 18 mois des efforts de formation des bénéficiaires et l'obligation pour ceux qui ne travaillent pas d'effectuer 7 heures de travail d'intérêt général chaque semaine.

Concernant l'éducation, le président-candidat s'est engagé à maintenir le nombre de classes dans le primaire, en remplaçant l'intégralité des départs en retraite. Dans le secondaire, il a proposé d'augmenter l'obligation de service des professeurs de 18 à 26 heures de cours hebdomadaires, dont cinq heures de soutien.

Par ailleurs, pour lutter contre la fraude à la sécurité sociale, Nicolas Sarkozy a suggéré de rendre la carte vitale biométrique.

Il a également dit envisager la création d'une agence d'Etat chargée du recouvrement des pensions alimentaires.

Interrogé par la suite par les auditeurs de RMC, le président-candidat a assuré qu'il arrêterait la politique s'il venait à ne pas remporter l'élection présidentielle.

Concernant les conditions nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a proposé des parrainages citoyens "par deux à trois % des électeurs".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !