Ngozi Okonjo-Iweala est officiellement nommée directrice générale de l’OMC | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ngozi Okonjo-Iweala OMC organisation mondiale du commerce
Ngozi Okonjo-Iweala OMC organisation mondiale du commerce
©Fabrice COFFRINI / AFP

Nomination

Ngozi Okonjo-Iweala est officiellement nommée directrice générale de l’OMC

Ngozi Okonjo-Iweala devient la première femme directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala a été nommée lundi 15 février première femme et première Africaine à la tête de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Elle va devoir tenter de mettre fin à des années de blocage de l'institution.

Le mandat de Ngozi Okomjo-Iweala débutera officiellement le 1er mars.

« Les membres de l'OMC viennent d'accepter de nommer la Dr Ngozi Okonjo-Iweala comme prochain directeur général de l'OMC. La décision a été prise par consensus lors d'une réunion spéciale du Conseil général de l'organisation aujourd'hui », selon des précisions de l'OMC.

Après sa nomination, Ngozi Okonjo-Iweala, a pris la parole, virtuellement en raison du Covid, devant les représentants des pays, lors d’une réunion fermée. Elle a appelé à une remise en marche de l’OMC, jugeant « essentiel » que l’institution soit « forte » pour surmonter la pandémie de Covid-19 et relancer l’économie mondiale.

Elle a également publié un communiqué :

« Une OMC forte est essentielle si nous voulons nous remettre pleinement et rapidement des ravages causés par la pandémie de Covid-19. (...) Notre organisation est confrontée à de nombreux défis mais en travaillant ensemble, nous pouvons collectivement rendre l’OMC plus forte, plus agile et mieux adaptée aux réalités d’aujourd’hui ».

Sa nomination à la tête de l'OMC était attendue, après le retrait de la course le 5 février de sa seule autre rivale, la ministre sud-coréenne du Commerce Yoo Myung-hee.

Le processus de désignation d'un successeur au Brésilien Roberto Azevedo, parti un an avant la fin de son mandat pour raisons familiales, était dans l'impasse depuis l'automne.

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !