Le dialogue complet entre Mohammed Merah et les policiers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le dialogue complet entre Mohammed Merah et les policiers
©

Enregistrements

Le dialogue complet entre Mohammed Merah et les policiers

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris, notamment pour violation du secret de l'instruction et recel.

[Mis à jour à 13h00]

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris, notamment pour violation du secret de l'instruction et recel, après la publication par le site Internet de Libération de 173 pages de retranscription des conversations entre Mohamed Merah et les policiers en mars dernier.

L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).

 

L’affaire Merah n’en finit pas. Cette fois, c’est le quotidien Libération qui publie ce mardi sur son site les 173 pages de retranscription du dialogue entre le jihadiste français et la police.

Mohamed Merah explique ainsi avoir poursuivi « un but précis » dans le choix de ses victimes. Il ajoute : « J’aurais jamais tué des enfants […] si vous aurez pas tué nos enfants. Je tue les militaires en France parce qu’en Afghanistan, ils tuent mes frères. Je tue des juifs en France, parce que ces mêmes juifs-là […] euh tuent des innocents en Palestine ».

Merah explique également que son premier meurtre - un parachutiste tué le 11 mars à Toulouse - fut "éprouvant", mais qu'il a eu le "coeur apaisé" après la deuxième tuerie le 15 mars à Montauban ou il a assassiné deux autres militaires.

Libération explique avoir retiré les « passages les plus abjects » de ces retranscriptions de quatre heures de conversations qui ont eu lieu avant que Mohamed Merah ne soit abattu par les forces de sécurité le 22 mars. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !