Loi Famille : Jean-Marc Ayrault disposé à "examiner sans tarder" certains aspects | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marc Ayrault vit une période difficile
Jean-Marc Ayrault vit une période difficile
©Reuters

Cafouillage

Loi Famille : Jean-Marc Ayrault disposé à "examiner sans tarder" certains aspects

Le Premier ministre a notamment cité "l'exercice de l'autorité parentale lorsqu'il y a divorce".

Les critiques ont fusé de tous les côtés pour le gouvernement. Que ce soit à gauche ou à droite, le report de la loi Famille à au moins 2015 a entraîné des remous jusqu’à l’intérieur de la majorité. C’est pourquoi Jean-Marc Ayrault a tenu à jouer les pompiers de service, ce jeudi sur France 2. Le Premier ministre a ainsi affirmé que son gouvernement était disposé à "examiner sans tarder" certains aspects du futur projet de loi famille. "Je suis le garant de la poursuite des réformes, et cela vaut aussi pour la famille", a-t-il ajouté citant à titre d’exemple "l'exercice de l'autorité parentale lorsqu'il y a divorce".

Pour rappel, les principales mesures de cette loi concernaient notamment une pré-majorité à 16 ans, un statut des beaux-parents et une simplification de l’adoption simple. Le gouvernement réfléchissait ainsi à améliorer le sort des enfants qui ont toujours leurs parents mais sont tout de même placés dans des institutions, et se retrouvent souvent sans référent familial fixe.

La veille, Christian Jacob avait vivement attaqué le Premier ministre estimant que "sa légitimité était en cause". Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale s’est indigné sur LCP: "normalement, c'est le gouvernement qui est maître de l'ordre du jour. Mais M. Ayrault, il est maître de quoi aujourd'hui ? Le vrai sujet aujourd'hui, c'est la légitimité de M. Ayrault en tant que chef de la majorité". Pour rappel, les députés socialistes et écologistes avaient ouvertement prévenu qu’ils allaient déposer des propositions de loi. 


Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !