Livret A : il pénalise le secteur bancaire français pour Standard & Poor's | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Standard & Poor's critique le Livret A
Standard & Poor's critique le Livret A
©Reuters

A -

Livret A : il pénalise le secteur bancaire français pour Standard & Poor's

L'agence de notation a par ailleurs confirmé les notes de solvabilité financière des banques françaises.

Si Standard & Poor's n'a pas vraiment la cote en France, cela ne risque pas de s'arranger après cette déclaration. En effet, l'agence de notation a fermement critiqué le Livret A jugeant qu'il pénalise le secteur bancaire français notamment au vu des taux bas et de la croissance nulle. Pour rappel, le Livret A est le produit financier préféré des Français. "Depuis plusieurs années, le circuit de l'épargne réglementée draine une part de plus en plus grande des dépôts vers des missions d'intérêt général, au détriment de l'activité commerciale des banques", a notamment regretté l'agence de notation.

Elle a ajouté qu'en "février 2013, nous avions identifié le Livret A comme un sujet pénalisant mais encore gérable pour les banques françaises. Désormais, dans un contexte durable de taux bas et de croissance quasi-nulle, nous accordons plus de poids aux contraintes de l’épargne réglementée. Depuis plusieurs années, le circuit de l’épargne réglementée draine une part de plus en plus grande des dépôts vers des missions d’intérêt général, au détriment de l’activité commerciale des banques ".

Par ailleurs, Standard & Poor's a confirmé les notes de solvabilité financière de plusieurs grandes banques française. "Nous confirmons nos notations de BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et BPCE, vu qu'elles ont renforcé leurs fonds propres", a expliqué l'Agence de notation heureuse des efforts "très significatifs" en termes de capital et de liquidité. Du coup, les banques françaises auraient réduit l'écart avec la moyenne internationales "sans mettre en péril leur position concurrentielle ni la diversification de leur métier".

Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !