L'ivermectine antiparasitaire ne réduit pas le risque d'hospitalisation dû au COVID-19, selon une étude brésilienne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
ivermectine
ivermectine
© LUIS ROBAYO / AFP

Coronavirus

L'ivermectine antiparasitaire ne réduit pas le risque d'hospitalisation dû au COVID-19, selon une étude brésilienne

C'est le résultat d'une étude, de chercheurs brésiliens sur plus de 1 300 patients portant

L'ivermectine antiparasitaire ne réduit pas le risque d'hospitalisation dû au COVID-19, selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine selon le site américain NPR.

L'étude sert de preuve supplémentaire à ce que les professionnels de la santé ont dit pendant une grande partie de la pandémie : le vermifuge pour vaches et chevaux ne devrait pas être utilisé pour traiter le COVID.

Dans cette étude, des chercheurs brésiliens ont suivi plus de 1 300 patients, dont la moitié ont reçu de l'ivermectine et l'autre moitié un placebo.

La Food and Drug Administration a fortement déconseillé d'utiliser la version animale de l'ivermectine pour lutter contre le COVID-19, avertissant qu'elle peut provoquer des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, des troubles neurologiques et une hépatite potentiellement grave nécessitant une hospitalisation.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !