Julien Bayou sous la surveillance de militantes féministes depuis trois ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Julien Bayou a récemment démissionné de ses fonctions de secrétaire national d'EELV.
Julien Bayou a récemment démissionné de ses fonctions de secrétaire national d'EELV.
©LUDOVIC MARIN / AFP

RÉVÉLATION

Julien Bayou sous la surveillance de militantes féministes depuis trois ans

Europe Écologie-Les Verts réunit aujourd'hui son bureau exécutif et la cellule interne chargée de traiter les accusations de violences sexuelles après un article de Libération révélant que Julien Bayou était sous la surveillance d'un groupe informel de féministes depuis trois ans.

Europe Écologie-Les Verts a réuni samedi son bureau exécutif et la cellule interne chargée d'enquêter sur les violences faites aux femmes suite à un article de Libération

Celui-ci révèle que Julien Bayou, qui a démissionné de ses fonctions de secrétaire national du parti après des accusations de violences psychologiques sur son ex-compagne - sans plainte ni enquête judiciaire -, était sous la surveillance étroite d’un collectif de militantes féministes du parti écologiste. Ce collectif reprochait à Julien Bayou sa conduite et enquêtait par ses propres moyens.

Selon Libération, l'une des femmes membres de la cellule chargée de traiter les signalements de violences sexuelles et sexistes dans le parti fait également partie du groupe informel ayant ciblé la vie privée de Julien Bayou. « C'est la question des procédures en général et de la capacité collective à les établir de manière stable, fiable, pérenne, efficace », qui est au cœur des discussions, pour un responsable EELV interrogé par l’AFP. « La cellule fait ce qu'elle peut. On est sur des sujets à propos desquelles il n'y a pas de nomenclatures ni de procédures établies », mais « on ne peut pas réduire une stratégie de lutte victorieuse à des initiatives individuelles, parfois approximatives », ajoute-t-il.

Dans un tweet, l'ex-candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly, a fustigé l’action de ce collectif : « On m'a beaucoup reproché d'être trop radicale mais la fin ne justifie pas les moyens. Ces agissements hors de tout cadre desservent la cause qu'ils sont censés faire avancer et sont dangereux pour celles-là mêmes qu'on prétend protéger ».

À Lire Aussi

Violences sexistes et sexuelles : ça bande dur à gauche !
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !